Annonce

Réduire
Aucune annonce.

La vie économique d'un club de football

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • La vie économique d'un club de football

    J'ouvre ce sujet en réaction à de nombreux messages totalement dénués de sens (et bien souvent d'argumentation) sur la gestion financière du club et notamment sur l'investissement financier de JR au sein du club. Le but n'est pas de dire que j'ai la science exacte, loin de là. Mais d'avoir un argumentaire correct pour essayer de recentrer un peu le débat sur ce sujet, débat qui n'a ni queue ni tête avec des messages que l'on peut lire sur tout le forum, en long, en large et en travers. J'ai la possibilité de m'intéresser à ce genre de sujet dans le cadre de mes études et j'ai aussi eu plaisir à me plonger personnellement dans la lecture de documents sur la gestion financière d'un club professionnel. On a notamment pu étudier des synthèses sur le contrôle de gestion au sein des entreprises et notamment une (intéressante par ailleurs) sur la gestion des clubs de football professionnel.

    Je cite d'ailleurs, grossièrement : "JR n'investit rien", "JR garde son fric", "un club de foot n'est pas une entreprise".

    Un club de foot s'apparente bel et bien à une entreprise. En France, d'ailleurs, un club à un statut de société commerciale. Sans profit(s), quel(s) investissement(s) ? Il est facile pour nous, supporters, de ne voir que l'aspect sportif dans la vie d'un club. Sauf qu'au regard du dirigeant, il est bien plus difficile d'allier résultat sportif et résultat financier positifs. D'ailleurs le foot n'est pour les investisseurs rien d'autre qu'un business parmi d'autres. Quel but d'investir ? Créer de la valeur.

    Le malaise financier (qui dit malaise ne dit pas nécessairement gouffre financier avec des dettes immenses) à Nancy est aujourd'hui sûrement plus profond et plus complexe qu'un simple raisonnement qui vise à dire "on reçoit X millions, on en réinvesti en transferts 90 à 100%, et si ce n'est pas le cas, honte au président".

    Les recettes d'un club de foot sont fortement indexées à la performance sportive : droits TV, sponsors, recettes de billetterie, produits dérivés (j'omet volontairement les transferts pour le moment). La première citée est d'ailleurs la plus importante. Et dégringole fortement pour un club lors d'une descente sportive.
    A contrario, les charges pour un club ont beaucoup plus tendance à rester fixes. Et même si un club essayera toujours de faire des ajustements si descente sportive il y a (comme dans notre cas), il est difficile de remodeler en profondeur une structure de fonctionnement déjà bien établie pour la gestion d'une structure pro.
    Pour les transferts, de mauvais résultats sportifs ont aussi une influence indirecte sur la valeur sportive du joueur. Je prend l'exemple de Bassi qui partira certainement à la fin de la saison. Supposons qu'il garde un niveau acceptable : sa valeur aura nécessairement grimper en flèche. Il passera du statut de "joueur issu du centre" à "espoir naissant". Grossièrement, surtout dans la conjoncture actuelle du foot, il ne serait pas insensé d'entendre parler de somme entre 6 ou 10M d'€. C'est par exemple la fourchette de départ pour Maouassa (7M) qui avait un parcours presque assimilable à Bassi. Je trouve d'ailleurs que ce prix de vente reste bien supérieur à la valeur réelle du joueur au vu de son statut et non pas à la vue des sommes qui circulent aujourd'hui dans le foot français. C'est une vraie réussite financière pour le coup.
    Sauf que les impondérables sportifs arrivent ensuite, surtout dans notre cas : descente en L2, mauvais classement donc baisse des recettes. Je suis très simpliste, mais je schématise volontairement : baisse des recettes > stagnation des charges (notamment de personnel, même si on est assez novateur avec l'indexation des salaires de L1 à L2 lors de la précédente descente) > éventuelles dettes à combler/perte de CA à compenser. Ainsi, un "petit" club comme le notre peut parfois ne pas avoir le choix que de ne pas profiter de l'embellie financière et de se résoudre à vendre à un prix plus "réel" qui vend forcément moins de rêve que les 100M que peut mettre MU sur Martial (je grossis volontiers le truc aussi). Pour en revenir à Bassi, compte tenu de cette logique, il ne serait pas illogique de le voir partir pour une somme comprise entre 3 et 5M. Le prix serait réel.

    Autre contrainte, l'équilibre et le contrôle des comptes. Inutile de résumer notre épisode DNCG, tout le monde le connait. Je pense qu'il est aussi facile de raisonner uniquement en terme de "cash". D'une manière simpliste, je comprend parfois qu'on se dise "on vient de rentrer X millions, pourquoi ne pas les réinvestir ?". Qui dit de nombreux bénéfices ne dit pas nécessairement résultat positif pour l'entreprise à la fin de l'exercice. Il faut aussi savoir qu'en terme de transferts et d'achats, le transfert n'est pas forcément toujours payé cash. Il peut très bien rester au club des sommes non échues à recevoir. Ou encore à payer. De plus, la politique budgétaire n'est pas nécessairement la même pour chaque club. Un club qui reçoit 1M d'un transfert peut en mettre la moitié en transferts et l'autre peut être la totalité. Ces politiques elles aussi sont indexées sur la performance sportive.

    Je laisse enfin un petit mot sur la gestion du risque. Un club (comme toute entreprise) se doit aussi de prévoir le futur, de gérer le risque : celui de la mauvaise performance sportive qui pourrait engendrer une perte de revenus. Croyez bien que chaque club professionnel établit des comptes prévisionnels et réalise un suivi des coûts. Une rentrée d'argent n'est donc pas nécessairement (et bien souvent, malheureusement) une somme qui sera réinvesti "positivement" et "directement" sur l'aspect sportif pur (le joueur de foot en lui-même).

    Je pourrais encore me pencher longuement sur le sujet et développer encore plus, mais je ne pense pas qu'un "mémoire" est sa place sur un forum. L'idée est de remettre un peu l'église au centre du village et d'avoir un débat un peu plus sain et constructif. Ça serait aussi super intéressant d'être plus précis sur le cas ASNL avec des documents comptables sous les yeux ou encore à l'issue d'une vive discussion avec ses dirigeants. Mais encore une fois ce n'est pas forcément possible.

    Je pense aussi qu'à Nancy on la chance d'avoir un président qui certes communique mal mais qui est très loin d'être un Picsou.

    Désolé pour la longueur et merci à ceux qui liront et répondront de manière constructive et qui sortiront des chemins déjà bien battus sur ce forum

    PS : je vous laisse ci-dessous un petit schéma peu détaillé mais assez intéressant.

    Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle 

Nom : 		Capture d’écran 2018-01-23 à 15.00.31.png 
Affichages :	58 
Taille :		141,7 Ko 
ID : 			61152
    Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle 

Nom : 		Capture d’écran 2018-01-23 à 15.00.37.png 
Affichages :	10 
Taille :		142,1 Ko 
ID : 			61153
    Numéro 1 - Sergey Chernik ; Numéro 13 - Damian Macaluso

    La Lorraine est rouge et blanche
Chargement...
X