Annonce

Réduire
Aucune annonce.

La vie économique d'un club de football

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • La vie économique d'un club de football

    J'ouvre ce sujet en réaction à de nombreux messages totalement dénués de sens (et bien souvent d'argumentation) sur la gestion financière du club et notamment sur l'investissement financier de JR au sein du club. Le but n'est pas de dire que j'ai la science exacte, loin de là. Mais d'avoir un argumentaire correct pour essayer de recentrer un peu le débat sur ce sujet, débat qui n'a ni queue ni tête avec des messages que l'on peut lire sur tout le forum, en long, en large et en travers. J'ai la possibilité de m'intéresser à ce genre de sujet dans le cadre de mes études et j'ai aussi eu plaisir à me plonger personnellement dans la lecture de documents sur la gestion financière d'un club professionnel. On a notamment pu étudier des synthèses sur le contrôle de gestion au sein des entreprises et notamment une (intéressante par ailleurs) sur la gestion des clubs de football professionnel.

    Je cite d'ailleurs, grossièrement : "JR n'investit rien", "JR garde son fric", "un club de foot n'est pas une entreprise".

    Un club de foot s'apparente bel et bien à une entreprise. En France, d'ailleurs, un club à un statut de société commerciale. Sans profit(s), quel(s) investissement(s) ? Il est facile pour nous, supporters, de ne voir que l'aspect sportif dans la vie d'un club. Sauf qu'au regard du dirigeant, il est bien plus difficile d'allier résultat sportif et résultat financier positifs. D'ailleurs le foot n'est pour les investisseurs rien d'autre qu'un business parmi d'autres. Quel but d'investir ? Créer de la valeur.

    Le malaise financier (qui dit malaise ne dit pas nécessairement gouffre financier avec des dettes immenses) à Nancy est aujourd'hui sûrement plus profond et plus complexe qu'un simple raisonnement qui vise à dire "on reçoit X millions, on en réinvesti en transferts 90 à 100%, et si ce n'est pas le cas, honte au président".

    Les recettes d'un club de foot sont fortement indexées à la performance sportive : droits TV, sponsors, recettes de billetterie, produits dérivés (j'omet volontairement les transferts pour le moment). La première citée est d'ailleurs la plus importante. Et dégringole fortement pour un club lors d'une descente sportive.
    A contrario, les charges pour un club ont beaucoup plus tendance à rester fixes. Et même si un club essayera toujours de faire des ajustements si descente sportive il y a (comme dans notre cas), il est difficile de remodeler en profondeur une structure de fonctionnement déjà bien établie pour la gestion d'une structure pro.
    Pour les transferts, de mauvais résultats sportifs ont aussi une influence indirecte sur la valeur sportive du joueur. Je prend l'exemple de Bassi qui partira certainement à la fin de la saison. Supposons qu'il garde un niveau acceptable : sa valeur aura nécessairement grimper en flèche. Il passera du statut de "joueur issu du centre" à "espoir naissant". Grossièrement, surtout dans la conjoncture actuelle du foot, il ne serait pas insensé d'entendre parler de somme entre 6 ou 10M d'€. C'est par exemple la fourchette de départ pour Maouassa (7M) qui avait un parcours presque assimilable à Bassi. Je trouve d'ailleurs que ce prix de vente reste bien supérieur à la valeur réelle du joueur au vu de son statut et non pas à la vue des sommes qui circulent aujourd'hui dans le foot français. C'est une vraie réussite financière pour le coup.
    Sauf que les impondérables sportifs arrivent ensuite, surtout dans notre cas : descente en L2, mauvais classement donc baisse des recettes. Je suis très simpliste, mais je schématise volontairement : baisse des recettes > stagnation des charges (notamment de personnel, même si on est assez novateur avec l'indexation des salaires de L1 à L2 lors de la précédente descente) > éventuelles dettes à combler/perte de CA à compenser. Ainsi, un "petit" club comme le notre peut parfois ne pas avoir le choix que de ne pas profiter de l'embellie financière et de se résoudre à vendre à un prix plus "réel" qui vend forcément moins de rêve que les 100M que peut mettre MU sur Martial (je grossis volontiers le truc aussi). Pour en revenir à Bassi, compte tenu de cette logique, il ne serait pas illogique de le voir partir pour une somme comprise entre 3 et 5M. Le prix serait réel.

    Autre contrainte, l'équilibre et le contrôle des comptes. Inutile de résumer notre épisode DNCG, tout le monde le connait. Je pense qu'il est aussi facile de raisonner uniquement en terme de "cash". D'une manière simpliste, je comprend parfois qu'on se dise "on vient de rentrer X millions, pourquoi ne pas les réinvestir ?". Qui dit de nombreux bénéfices ne dit pas nécessairement résultat positif pour l'entreprise à la fin de l'exercice. Il faut aussi savoir qu'en terme de transferts et d'achats, le transfert n'est pas forcément toujours payé cash. Il peut très bien rester au club des sommes non échues à recevoir. Ou encore à payer. De plus, la politique budgétaire n'est pas nécessairement la même pour chaque club. Un club qui reçoit 1M d'un transfert peut en mettre la moitié en transferts et l'autre peut être la totalité. Ces politiques elles aussi sont indexées sur la performance sportive.

    Je laisse enfin un petit mot sur la gestion du risque. Un club (comme toute entreprise) se doit aussi de prévoir le futur, de gérer le risque : celui de la mauvaise performance sportive qui pourrait engendrer une perte de revenus. Croyez bien que chaque club professionnel établit des comptes prévisionnels et réalise un suivi des coûts. Une rentrée d'argent n'est donc pas nécessairement (et bien souvent, malheureusement) une somme qui sera réinvesti "positivement" et "directement" sur l'aspect sportif pur (le joueur de foot en lui-même).

    Je pourrais encore me pencher longuement sur le sujet et développer encore plus, mais je ne pense pas qu'un "mémoire" est sa place sur un forum. L'idée est de remettre un peu l'église au centre du village et d'avoir un débat un peu plus sain et constructif. Ça serait aussi super intéressant d'être plus précis sur le cas ASNL avec des documents comptables sous les yeux ou encore à l'issue d'une vive discussion avec ses dirigeants. Mais encore une fois ce n'est pas forcément possible.

    Je pense aussi qu'à Nancy on la chance d'avoir un président qui certes communique mal mais qui est très loin d'être un Picsou.

    Désolé pour la longueur et merci à ceux qui liront et répondront de manière constructive et qui sortiront des chemins déjà bien battus sur ce forum

    PS : je vous laisse ci-dessous un petit schéma peu détaillé mais assez intéressant.

    Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle 

Nom : 		Capture d’écran 2018-01-23 à 15.00.31.png 
Affichages :	1038 
Taille :		141,7 Ko 
ID : 			61152
    Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle 

Nom : 		Capture d’écran 2018-01-23 à 15.00.37.png 
Affichages :	953 
Taille :		142,1 Ko 
ID : 			61153
    Numéro 1 - Sergey Chernik ; Numéro 13 - Damian Macaluso

    La Lorraine est rouge et blanche

  • #2
    Up Up Up Up

    Envoyé par bravonadir Voir le message
    Tout cela dépasse mes connaissances, mes compétences. Bravo à tous ceux qui comprennent tout ça.
    Je m'autoquote. Molina va sortir une autre vidéo prochainement sur l’intérêt de ces groupes à racheter des clubs. Une des personnes émet déjà une hypothèse (qui je crois a déjà été émise par certains forumistes ici) sous la vidéo sortie hier.

    Voici "l'échange" présent dans les commentaires entre 2 personnes sous la vidéo de R. Molina.


    Commentaire : [J’avais déjà réfléchi au « pourquoi ? » certains achetaient des clubs à des prix exorbitants. J’en ai tiré que c’est sûrement pour acheter cher. Et ensuite revendre des années plus tard quand le club aura coulé et créer un déficit qui pourra servir de charges à l’entreprise]

    Réponse au commentaire :
    [Salut. Est-ce que tu pourrais expliquer la partie « qui pourra servir de charges à l’entreprise » ? il s’agirait de pouvoir rééquilibrer le bilan de l’investisseur, pour par ex. réduire sa valorisation et/ou sa fiscalité vis-à-vis de son activité principale (trop) fortement rémunératrice ?]

    Si l'hypothèse se tient, quelqu'un pour expliquer comme s'il était face à un gamin de 5 ans (i.e sans trop rentrer dans les détails et avec des images si possible) Merci.


    Autre point que j’appellerai « l’économie pour les très nuls ».
    Trop de choses me dépassent dans le domaine de l'économie. Pour le foot, j'ai retenu (avec sûrement beaucoup d'erreurs et imprécisions) qu'un budget (terme OK ?) était établi sur ce qu'on pensait pouvoir réaliser. Genre, le budget sera à l'équilibre car nous pensons toucher :
    1/ les 2 Millions de droits TV pour participation au championnat
    2/ les 5 Millions d'une 5ème place au championnat
    3/ la vente du joueur Peter Pluhokesoncu pour 2 Millions à la fin de la saison
    4/ la recette de la billetterie pour 1 Million
    soit 10 millions au total.
    Ces 10 millions financeront les salaires des employés du club ainsi que les autres dépenses nécessaires au fonctionnement du club.
    Est-ce que j'ai bon ou suis-déjà en galère de compréhension sur ce point « budget » ? Merci de rectifier sur ce qui ne va pas dans ce que j’ai écrit (sur le fond j’entends) si c’est le cas.

    Possible que je repose d'autres questions bêtes plus tard.


    Envoyé par floflo Voir le message
    Pour bravonadir (désolé c'est un peu hors sujet dans ce topic sinon).
    En théorie, le "budget' d'un club signifie Charges OU Produits, qui devraient être équilibrés. En réalité, ça signifie "charges" (ou dépenses), qui est le seul truc que tu peux réellement anticiper et qui sont certaines... Pour schématiser, selon la codification DNCG :

    CHARGES :
    > Masse salariale chargée (groupe professionnel et autres salariés du club : administratifs, staff, centre de formation...).
    > Frais de fonctionnement : locaux, stade, déplacements, centre de formation, achats divers, financement de l'association, etc etc...
    > Amortissements des achats de joueurs et commissions d'agent (parfois pas grand chose pour les plus petits clubs).

    PRODUITS :
    > Droits TV : rien en National ; en L2 c'est relativement fixe donc tu peux anticiper ; en L1, une partie dépend de ton classement et du nb de diffusions, donc tu as 20 à 30% de "variable", en fonction de tes résultats de la saison. Pour les clubs européens, tu as des droits supplémentaires important venant de l'UEFA. Tu peux aussi en avoir provenant de la Coupe de France, si tu vas loin.
    > Sponsoring : la tu sais généralement en début de saison.
    > Match Day Revenus: les abonnements, les billets, les buvettes, etc...
    > Autres (dont merchandising, subventions, etc..) : la boutique et un certain nombre de choses...

    Dans la norme du foot français : CHARGES - PRODUITS te donnent ton RESULTAT D'EXPLOITATION OU RESULTAT HORS MUTATION, qui est quasi toujours négatif.
    Ensuite, c'est la que viennent les Ventes de Joueurs (MUTATIONS), que tu as du mal à planifier, et d'autres résultats : financier et exceptionnel (un truc que t'attends pas du tout).
    Et ensuite tu as le RESULTATS DU CLUB.

    Un exemple, avec le dernier exercice public de l'ASNL, saison 2019/2020 :

    PRODUITS : 10 555 K
    Droits TV : 4 835 K
    Sponsors : 2 065 K
    Recettes Matchs : 1 172 K
    Autres : 2 483 K

    CHARGES : 15 816 K
    Masse salariale chargée : 8 867 K
    Amortissements joueurs et agents : 893 K
    Frais Fonctionnement / Autres : 6 056 K

    RESULTAT EXPLOITATION : - 5 261 K
    Resultat Mutation: 832 K
    Resultat Financier : - 140 K
    Résultat Exceptionnel : 1 175 K
    RESULTAT AVANT IMPOT : - 3 394 K

    Et tu remarqueras que tout le monde (la presse, etc..) parle pour l'ASNL d'un "budget" de 15 Millions, qui correspond aux charges (dépenses) et pas aux produits (revenus).
    Dernière modification par bravonadir, 27 avril 2022, 14h18.

    Commentaire


    • #3
      Donc ma question suivante. Le résultat avant impôt correspond dans le cas que tu cites à un déficit de 3,3M ? Je veux dire c'est le bon terme "déficit" ?

      Commentaire


      • jello b
        jello b commenté
        Modifier le commentaire
        C'est bien ça, déficit 2019/2020 = 3,394M

    • #4
      Produits (Donc rentrées d'argent) - Charges (Sorties)
      10 555 - 15 816
      Donne un résultat d'exploitation pour la saison 2019-2020 négatif soit une perte de 5 261 k€ duquel on déduit le résultat mutation, ajoute le resultat financier puis retranche le resultat exceptionnel et on arrive à - 3 394 k€ sur lequel le club doit encore payer des impôts.

      Donc perte pour l'année.

      On parle aussi souvent du déficit structurel du club Le déficit structurel persiste même quand une économie tourne à son plein potentiel.

      En gros, on a un moment donné dépensé plus que ce que les recettes pouvaient permettre de rembourser. Et aujourd'hui le club pédale pour grimper une côte de plus en plus raide en étant arrivé aux capacités maxi de son dérailleur.

      Enfin, c'est comme ça que je le comprends.

      Tout le monde le sait bien,
      Notre place est en N1!
      Nous envions les messins,
      Ces guignols de la Ligue 1!

      Commentaire


      • floflo
        floflo commenté
        Modifier le commentaire
        En théorie, on parle dans le football de bénéfice ou déficit structurel, uniquement en fonction du résultat PRODUITS - CHARGES. Les ventes de joueurs, c'est du bonus...mais pas tous les ans.

        Pour le cas de Nancy, pendant longtemps le club était en "déficit structurel" (mais moins qu'aujourd'hui) et - schématiquement - JR comblait les trous chaque année. Et quand il y avait un joueur de vendu, il récupérait ce qu'il avait mis dans le club (ou avancé au club)... Dans les années plus récentes, les déficits de chaque année n'ont été comblés par personne : ils alimentent un compte "report à nouveau" qui est très négatif dans le bilan...et quand il y a un bénéfice suite à une vente de joueurs, le bénéfice est affecté aussi sur ce compte "report à nouveau" pour le faire se rapprocher de zéro... Et depuis 4 ou 5 ans, y'a que des déficits donc personne ne comble rien.

        Désormais, le modèle économique des clubs de football a un peu évolué et, de plus en plus, les clubs intègrent les ventes de joueurs dans leur modèle économique : ça se comprend, ça a une logique, mais c'est risqué parce que tu n'es pas sur de sortir chaque année 1, 2 ou 3 joueurs et surtout tu es incapable de maitriser leur valeur.

      • Ron Svenson
        Ron Svenson commenté
        Modifier le commentaire
        Merci floflo

    • #5
      bravonadir je vais essayer de répondre à ta question ci-après dans l'autre topic d'après ce que je comprends

      Je m'autoquote. Molina va sortir une autre vidéo prochainement sur l’intérêt de ces groupes à racheter des clubs. Une des personnes émet déjà une hypothèse (qui je crois a déjà été émise par certains forumistes ici) sous la vidéo sortie hier.
      Voici "l'échange" présent dans les commentaires entre 2 personnes sous la vidéo de R. Molina.

      Commentaire : [J’avais déjà réfléchi au « pourquoi ? » certains achetaient des clubs à des prix exorbitants. J’en ai tiré que c’est sûrement pour acheter cher. Et ensuite revendre des années plus tard quand le club aura coulé et créer un déficit qui pourra servir de charges à l’entreprise]
      Réponse au commentaire :
      [Salut. Est-ce que tu pourrais expliquer la partie « qui pourra servir de charges à l’entreprise » ? il s’agirait de pouvoir rééquilibrer le bilan de l’investisseur, pour par ex. réduire sa valorisation et/ou sa fiscalité vis-à-vis de son activité principale (trop) fortement rémunératrice ?]

      Si l'hypothèse se tient, quelqu'un pour expliquer comme s'il était face à un gamin de 5 ans (i.e sans trop rentrer dans les détails et avec des images si possible) Merci.


      A ce que je comprends l'hypothèse faite ici est que le club appartient à un groupe et que le groupe en question établi ce qu'on appelle un bilan consolidé, c'est à dire que les bilans de toutes les entités du groupe sont réunis dans un bilan qui servira de base au calcul de l'impôt du groupe en question, si on rapporte ça à notre cas ça voudrait dire que les déficits réalisés à l'ASNL viendraient en déduction de bénéfices réalisés dans d'autres entités du groupe pour diminuer les résultats imposables du groupe en question.
      C'est une hypothèse mais il y en a d'autres comme la possibilité de diverses opérations entre les clubs appartenant aux mêmes actionnaires genre transferts surévalués par exemple qui aboutiraient de fait à un résultat identique à l'hypothèse précedente, par exemple j'augmente le résultat de l'ASNL de disons 5 millions avec un transfert sachant que ça équilibrera juste les comptes (on serait avant transfert à -5 donc ces 5 d'indemnités de transferts nous amèneraient à 0) et donc ne rendra pas l'ASNL imposable, dans le même temps je diminue le résultat en Belgique d'Ostende lui permettant de baisser d'autant son résultat imposable et donc son impôt, si j'avais fait ce transfert à 2 millions l'ASNL aurait été de toutes façons non imposable de la même manière (puisque déficitaire de 3 dans cette hypothèse) mais le résultat imposable d'Ostende aurait été plus important de 3 millions et l'impôt augmenté en conséquence.
      Ça permet aussi comme l'a indiqué floflo de rémunérer des intermédiaires "amis" pour des transferts ou diverses prestations de services (réelles ou fictives) y compris en surévaluant les montants versés.
      ce sont deux exemples, j'imagine qu'il y a d'autres pistes encore.
      Voilà je ne sais pas si mes (tentatives d') explications sont suffisamment claires ou non, sinon je peux essayer de faire mieux mais sans garantie
      Dernière modification par jello b, 27 avril 2022, 18h07.
      Soyons désinvoltes, n'ayons l'air de rien.
      My name is Icosaèdre musclé, but call me Hugues !
      Tu t'es vu sans Cabu ?

      Commentaire


      • Brett Sinclair
        Brett Sinclair commenté
        Modifier le commentaire
        comme le diraient les inconnus, vive le sport!

      • bravonadir
        bravonadir commenté
        Modifier le commentaire
        Merci jello b. Pour ta dernière phrase, le problème il vient surtout de moi hein. ahah. Je vais continuer sur mes questions bêtes.
        Dernière modification par bravonadir, 27 avril 2022, 23h41.

    • #6
      Vu que des personnes répondent, je continue avec mes questions bêtes.

      Je crois que floflo a parlé il y a quelques jours (semaines ?) d'une somme de (je crois) 13 Millions que le club devait payer un moment donné.
      1/ De quoi s'agit-il ? Etait-ce le déficit cumulé ? un autre terme ?
      2/ A quel organisme cette somme doit-elle être payée ?
      3/ Comment un club de football peut-il être autoriser à continuer avec une telle somme en débit ? Y'a-t-il un passe-droit pour les clubs de foot ou est-ce la même "règle" pour une entreprise de maçonnerie par exemple ?

      Commentaire


      • Ron Svenson
        Ron Svenson commenté
        Modifier le commentaire
        Comme je l'avais compris, ces 13 millions étaient
        le déficit cumulé, c'est à dire de la "mauvaise dette" qui ne correspond à aucun actif: un trou qui s'est creusé un peu plus chaque année en raison de dépenses plus élevées que ce qui peut être remboursé. Dans les clubs de foot, ce sont souvent les salaires qui grèvent l'ensemble. Metz, après 98, avait une masse salariale supérieure a 80% du budget. Obligation de s'endetter pour pouvoir payer tout le reste.

        Ensuite, les règles changent selon les pays: en Espagne, Real et Barça ont de tels déficits qu'en France, ils auraient été rétrogradés en Régional. Même le Roi avait carrément effacé la dette du Real.

        C'est l'éternel cheval de bataille d'Aulas sur la fiscalité contraignante des clubs francais par rapport aux étrangers.

        Quant à la comparaison avec une entreprise, le club de football bénéficie de subventions publiques: les communautés de communes peuvent toujours rallonger ou être compréhensives quand il est temps de payer certaines factures telles que la location du stade.

        Encore une fois, je suis pas comptable, c'est juste ma compréhension.

    • #7
      Je n'y connais rien dans les montages financiers adaptés au contexte. Mais il me semble que JR, bien conseillé par des spécialistes de la finance et de la fiscalité avait fait pas mal de montages dès que l'ASNL est devenue une Société (SAS). On en trouve une parie sur ce lien :
      https://www.asnl.net/545/entreprise_groupe_stan
      Cela ne nous regarde pas, c'est du "business" mais la SAS ASNL utilise/utilisait les prestations des sociétés satellites qui pouvaient faire du bénéfice en facturant des dépenses à la SAS en y apparaissant ensuite dans les dépenses cumulées creusant le déficit, permettant de "larmoyer" sur le "trou" à combler et peut être à obenir des facilités (subventions, etc) pour combler un "déficit" sportif d'autant que jamais JR et encore moins les nouveaux investisseurs n'ont accepté d'autres actionnaires qui auraient eu droit de regard sur cette partie opaque de la gestion.

      Commentaire


      • #8
        Envoyé par bravonadir Voir le message
        Vu que des personnes répondent, je continue avec mes questions bêtes.

        Je crois que floflo a parlé il y a quelques jours (semaines ?) d'une somme de (je crois) 13 Millions que le club devait payer un moment donné.
        1/ De quoi s'agit-il ? Etait-ce le déficit cumulé ? un autre terme ?
        2/ A quel organisme cette somme doit-elle être payée ?
        3/ Comment un club de football peut-il être autoriser à continuer avec une telle somme en débit ? Y'a-t-il un passe-droit pour les clubs de foot ou est-ce la même "règle" pour une entreprise de maçonnerie par exemple ?
        Pour moi il y a une espèce de confusion à ce niveau.
        Il faut faire le distinguo entre :
        -des dettes qui figurent au bilan et devront être payées à un moment ou un autres à ceux à qui on les doit (fournisseurs, état, salariés, caisses sociales, etc.), on a la montant de ces dettes(au jour du bilan donc au 30/6 dans notre cas) lors de la publication du bilan sachant qu'une partie de ces dettes est normale puisqu'elle sont à payer à 15, 30 ou 60 jours par exemple et qu'il n'y a pas de retard, en revanche il parait clair que d'autres sont en retard de paiement (exemple ici le loyer antérieur non réglé qui a fait l'objet d'un étalement d'après Féron) dans notre cas.

        -le report à nouveau négatif : il me semble bien que c'est de cela qu'on parle concernant les 13 millions.
        Là ce n'est pas une somme qui est due à qui que ce soit, il s'agit en effet d'un cumul de déficits de x années qui n'ont jamais été comblés entre temps par des bénéfices (ou une augmentation de capital destinée à les combler en tout ou partie).
        Toute société est concernée par ça, légalement elle doit faire une AG extraordinaire l'année qui suit l'exercice où elle a perdu la moitié de son capital, l'AG en question peut (ou pas) décider la continuation de l'activité et en principe détermine un nombre d'années pour "reconstituer" le capital ce qui peut être fait en réalisant des bénéfices ultérieurs ou toujours par le biais de nouveaux apports en capital, sauf si ça a changé ou que les règles soient différentes dans un club de foot par rapport aux sociétés lambda si le capital n'est pas reconstitué dans les délais indiqués, un tiers (envers qui la société a une dette il me semble mais je ne suis pas sûr de ce point) peut entamer à ce moment là une procédure qui peut aboutir à la fin (je ne maitrise pas dans quelles conditions n'étant pas juriste) de la société en question.

        Concernant ton point 3 le montant (de 13 millions dans ce cas ) est important mais il est à rapporter au montant du capital de la société concernée et donc ce n'est pas la même chose pour une "petite boite" ou une grosse société, en revanche oui le principe est le même que tu soit société (ça ne s'applique pas aux entreprises individuelles) de maçonnerie, club de foot ou autre.

        En résumé partant du principe qu'on parle pour ces 13 millions du report à nouveau négatif au bilan :
        1) oui il s'agit de déficits cumulés
        2) il ne s'agit pas d'une somme due à réglée à un organisme quelconque
        3) toutes les sociétés sont concernées. L'importance du montant est à rapporter à l'importance du capital, dans une boite avec un petit capital ça devient de toutes façons intenable avant d'atteindre de tels montants de report à nouveau négatif (parce que tu dois avoir une trésorerie à sec avant et donc te retrouver en cessation de paiement.)
        En revanche tu dois respecter la règle juridique que j'ai indiquée en cas de perte de la moitié du capital et ça peut bien entendu avoir des conséquences ultérieures si tu n'arrives pas à reconstituer le capital (soit juridiques si un tiers entame une procédure , soit parce que tu fini là aussi par être en cessation de paiement si tu continue à accumuler des déficits et qu'il n'y a pas d'apports de capitaux)
        Dernière modification par jello b, 28 avril 2022, 12h12.
        Soyons désinvoltes, n'ayons l'air de rien.
        My name is Icosaèdre musclé, but call me Hugues !
        Tu t'es vu sans Cabu ?

        Commentaire


        • Rouge et Blanc
          Rouge et Blanc commenté
          Modifier le commentaire
          Merci jello b ça répond en bonne partie à mes questions par ailleurs. Même si j'ai toujours du mal à saisir comment le "retour negatif" peut n'être dû à personne... C'est le fruit cumulé de recettes insuffisantes pour combler des dépenses, il y a donc forcément un créancier au bout, non ?

        • floflo
          floflo commenté
          Modifier le commentaire
          jello b : tout à fait d’accord.
          Vu que les 4 millions de pertes de 2020-2021 ont été affectées en novembre 2021 au Report à nouveau qui était de -13 M€… il va être de -17 M€ environ en juin 2022.
          Pour un capital de 9,7 M€.
          .

      • #9
        Merci à tous pour vos avis et informations éclairées

        Commentaire


        • #10
          Petite précision
          alors que les années antérieures étaient quasiment toutes bénéficiaires l'année 2008|2009 a généré
          a elle seule une perte de 13,5 millions générant des capitaux propres (capital +réserves +ou- report à nouveau +ou- résultat de l’exercice)inférieurs à la moitié du capital.
          Des lors une Assemblée Générale doit être convoquée pour combler le trou, décider de la poursuite ou non de l’activité
          A priori des garanties ont été apportées (JR?) et des transferts réalisés (Lenglet)
          Mais finalement ce gros déficit même atténué n’a pas disparu et à même enflé depuis 3/4ans avec des pertes
          annuelles de 2 puis 3 et maintenant 4 millions pour atteindre désormais 20 millions de cumul

          concernant les propos sur le cumul des résultats des sociétés du groupe, je reste septique...
          Les sociétés française paient désormais un impôt sur le lieu ou s’exerce leur activité
          De plus l’intégration fiscale répond à des critères précis et l’ayant pratiqué de nombreuses années j’ai un peu voire beaucoup de mal à comprendre le pays ou se situerait ce regroupement (Chine, Usa, France....)
          Et surtout ou serait l’intérêt puisque la majorité des clubs de ce groupe ne semblent pas en excellent état financier
          et surtout l’actionnariat est très éparpillé (ce qui est le plus inquiétant) avec des Sociétés aux capitaux ridiculement
          bas (1500 à 2000euros)
          Bien évidemment cette situation ne peut pas continuer et je vois mal les banques continuer dans un tel projet
          Le verdict risque de tomber prochainement........

          Commentaire


          • #11
            Envoyé par jello b Voir le message
            -le report à nouveau négatif : il me semble bien que c'est de cela qu'on parle concernant les 13 millions.
            Là ce n'est pas une somme qui est due à qui que ce soit, il s'agit en effet d'un cumul de déficits de x années qui n'ont jamais été comblés entre temps par des bénéfices (ou une augmentation de capital destinée à les combler en tout ou partie).
            Toute société est concernée par ça, légalement elle doit faire une AG extraordinaire l'année qui suit l'exercice où elle a perdu la moitié de son capital, l'AG en question peut (ou pas) décider la continuation de l'activité et en principe détermine un nombre d'années pour "reconstituer" le capital ce qui peut être fait en réalisant des bénéfices ultérieurs ou toujours par le biais de nouveaux apports en capital, sauf si ça a changé ou que les règles soient différentes dans un club de foot par rapport aux sociétés lambda si le capital n'est pas reconstitué dans les délais indiqués, un tiers (envers qui la société a une dette il me semble mais je ne suis pas sûr de ce point) peut entamer à ce moment là une procédure qui peut aboutir à la fin (je ne maitrise pas dans quelles conditions n'étant pas juriste) de la société en question.
            jello b
            Je reprend ce paragraphe notamment la phrase en gras pour que je comprenne bien. Cette somme n'est due à qui que ce soit. C'est donc de l'argent perdu par le propriétaire du club et grosso modo ça ne regarde que lui sauf si un organisme s'aperçoit que ce propriétaire se met en danger. J'ai à peu près bon ou j'ai quand même manqué un truc ?
            Désolé de re-simplifier vos explications à tous mais vos réponses sont déjà trop poussées pour moi. C'est dur.
            On part de loin, vous commencez à vous en rendre compte là ?

            Commentaire


            • #12
              Enfin... Pour avoir travaillé dans une société qui avait un déficit cumulé de l'ordre du million (De l'argent non dû mais par exemple des notes de crédit qui avaient dû être émises pour de mauvaises livraisons, du stock endormi impossible à revendre, de mauvais achats stratégiques...), à un moment donné, il faut résorber (Et nous y étions parvenus en limitant les coûts au max et ça peut aller jusqu'au PQ).

              SI le déficit est bien celui qu'on nous annonce, les pertes annuelles rapportées au compte de produit sont intenables en ce qui nous concerne non?

              Nos proprios vont bien devoir présenter un plan d'apuration de cette dette et s'y tenir sinon, je vois mal comment la structure pourrait s'en sortir.
              Tout le monde le sait bien,
              Notre place est en N1!
              Nous envions les messins,
              Ces guignols de la Ligue 1!

              Commentaire


              • Lloyd
                Lloyd commenté
                Modifier le commentaire
                Oui ça serait bien que Paul Fisher fasse caca chez lui dorénavant.

            • #13
              Envoyé par bravonadir Voir le message

              jello b
              Je reprend ce paragraphe notamment la phrase en gras pour que je comprenne bien. Cette somme n'est due à qui que ce soit. C'est donc de l'argent perdu par le propriétaire du club et grosso modo ça ne regarde que lui sauf si un organisme s'aperçoit que ce propriétaire se met en danger. J'ai à peu près bon ou j'ai quand même manqué un truc ?
              Désolé de re-simplifier vos explications à tous mais vos réponses sont déjà trop poussées pour moi. C'est dur.
              On part de loin, vous commencez à vous en rendre compte là ?
              Ça ne regarde que lui : en fait non, comme dit plus haut la loi a prévu des règles en cas de perte de la moitié du capital, pas tant pour protéger le propriétaire du club (dans notre cas) que pour protéger les débiteurs de la société, parce que le truc c'est que quand tu es dans cette situation là tu es certain si tu ne redresse pas la barre avec des bénéfices ensuite d'arriver à terme à une cessation de paiement avec des tiers qui perdront immanquablement tout ou partie de leur dû (salariés, fournisseurs, état, caisses sociales etc)

              Quand tu as un bilan avec un report à nouveau comme ça il est certain que ça s'accompagne d'endettement auprès de tiers et parmi ces tiers il peut y avoir les actionnaires pour partie (cette partie là on peut considérer que ça ne regarde qu'eux en effet) mais il y a aussi forcements d'autres tiers et là on ne peut pas dire que ça ne regarde que les proprios.

              Edit : et j'oublie un point important c'est qu'un moment donné ça peut être le ou les banquiers qui disent stop s'ils n'ont pas ou plus de garanties pour financer des découverts bancaires et ça provoque de fait une cessation de paiement de la société.
              Dernière modification par jello b, 28 avril 2022, 12h19.
              Soyons désinvoltes, n'ayons l'air de rien.
              My name is Icosaèdre musclé, but call me Hugues !
              Tu t'es vu sans Cabu ?

              Commentaire


            • #14
              Exactement voire la fin de mon dernier post Albums
              et en plus Tracfin va sans doute y mettre son nez.........

              Commentaire


              • #15
                Erratum à la place d’album lire post 10 un peu plus haut

                Commentaire

                Chargement...
                X