Annonce

Réduire
Aucune annonce.

La gazette nancéienne

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages


  • Prenez de la hauteur et vivez une expérience inédite grâce à nos nouvelles balades virtuelles à 360°. Des panoramas extraordinaires et un dispositif innovant à l'échelle du territoire.





    Quot homines tot sententiæ

    Commentaire


    • Envoyé par Archangelo Voir le message






      Très sympa ce site ! Et quelle belle ville !

      Commentaire


      • L'ancien magasin Eurodif de Nancy rue Saint-Dizier va connaître une seconde jeunesse après son rachat fin 2020. On vous en dit plus sur ce projet.
        Quot homines tot sententiæ

        Commentaire


        • Harley Quinn
          Harley Quinn commenté
          Modifier le commentaire
          Tant que ce n'est pas occupé par le 147eme fast food en centre ville, ca me va...

        • Ron Svenson
          Ron Svenson commenté
          Modifier le commentaire
          Eurodif, c'était un magasin de tissus si j'ai bonne mémoire. Gamin, c'était l'horreur de se faire traîner là-bas.

      • Depuis le 13 janvier, six infirmiers et médecins libéraux se relaient pour vacciner la population au centre de Jarville, installé à la salle de concert Le Kiosque. Pour s'équiper, ils ont dépensé 8000 euros de leurs fonds propres.
        Quot homines tot sententiæ

        Commentaire


        • Le projet de transport individuel sur rails porté par l'Université de Lorraine avance. Une première boucle d'essai grandeur nature a été finalisée vendredi 19 février, la seconde va suivre. Elles permettront de prouver l’efficacité du projet.
          Quot homines tot sententiæ

          Commentaire


          • https://www.estrepublicain.fr/cultur...box=1614094534


            Baignade possible sur les rives de la Meurthe cet été !


            La Meurthe ? La baignade y est interdite. Mais, canicule ou pas, on devrait pouvoir se baigner au bord de la rivière cet été, à Nancy. Grâce à l’installation, par la métropole du Grand Nancy de grands bassins aquatiques de plein air en accès gratuit.



            40,1 degrés sous abri le 24 juillet 2019 : le record est historique et date d’une époque sans Covid ! 37°7 : c’est la température maximale atteinte le 31 juillet dernier en pleine année Covid. Quelle sera alors la situation météorologique et sanitaire du prochain été ? Bien malin celui qui peut répondre. Mais si le mercure s’envole, on sait que les possibilités de baignade extérieures restent limitées à quelques sites dans le département.
            Sur la Méchelle, où l’eau de la Meurthe s’est améliorée ces dernières années, la baignade reste interdite pour des raisons sanitaires et de sécurité : seules les activités nautiques y sont autorisées. Et pourtant : on pourra faire trempette… sur la rive.


            Accès libre

            C’est en tout cas l’ambition affichée par la Métropole avec l’installation d’une base de loisirs sur ce même secteur. Mathieu Klein en avait d’ailleurs fait un des projets de son mandat avec la volonté d’offrir au public une sorte de Nancy plage ou à tout le moins un espace de vie, de loisirs, de nature pour les citadins. D’autant que la piscine de plein air Louison Bobet a disparu du paysage avec le projet Grand Nancy Thermal, privant provisoirement la cité ducale d’espaces aquatiques extérieurs.
            Ainsi, des animations seront proposées sur chaque rive l’été prochain, côté Tomblaine et côté Nancy. Cette base de loisirs sera en accès libre et proposera notamment deux bassins aquatiques hors sol pour lesquels les appels d’offres sont lancés.


            25 m de long

            Rien à voir avec une pataugeoire. Un premier bassin démontable fera 25 m de long sur 12 de large avec une profondeur de 1,2 mètre. Le second affichera 25 m sur 8 et une profondeur de 0,6 m. L’ensemble sera installé côté stade Picot pour des raisons techniques et d’espace. Au menu également : une zone à jeux d’eau de 200 m² pour les plus petits.
            La métropole du Grand Nancy injecte pas moins de 300 000 € dans l’opération. Les bassins devraient être opérationnels du 15 juin au 31 août. Sur la rive nancéienne, la base de loisirs proposera des espaces de détente avec des activités en lien avec les clubs. Sachant évidemment que la « prairie » aménagée en 2018 permettra de lézarder au bord de l’eau.
            Sauf poursuite de la crise, le secteur de la Méchelle devrait ainsi connaître un visage estival particulièrement animé ! Selon Hervé Féron, vice-président aux grands équipements, le détail sera présenté dans les prochaines semaines.
            Quot homines tot sententiæ

            Commentaire






            • La plage des 2 Rives doit ouvrir le 15 juin sur le site de la Méchelle, en bordure de Meurthe, à cheval entre Nancy et Tomblaine, au pied du pont de la Concorde. Un site estival gratuit, multiactivités avec jeux sportifs, balades, concerts et baignades. Une promesse en forme d'espoir d'après-COVID.
              Quot homines tot sententiæ

              Commentaire


              • CHRU de Nancy. L'emblématique barre de Brabois va bien être rayée de la carte


                Le projet de "nouveau CHRU" de Nancy prévoit la déconstruction de cette barre emblématique du paysage de la métropole de Nancy.


                Le ministre de la Santé Olivier Véran a fait cette annonce jeudi soir et l’a confirmé au maire de Nancy et à la direction de l’hôpital ce vendredi matin au ministère de la Santé.

                D’ici 2028, l’hôpital central, les urgences, la maternité ou encore l’hôpital Saint-Julien doivent rejoindre ce site de Brabois situé à huit kilomètres du centre-ville. Le plateau, connu pour sa grande barre en béton des années 70, accueille déjà de nombreuses activités du CHRU ou encore la faculté de médecine.


                https://actu.fr/grand-est/vandoeuvre..._40380111.html


                Quot homines tot sententiæ

                Commentaire



                • "C'est simple, nous avons 102 lits ouverts sur 67 normalement. Les 102 lits sont pleins ce matin. Nous n'avons plus la possibilité d'accueillir le moindre malade", détaille le professeur Lévy. Si le chef de service précise qu'on pourra encore "pousser les murs", Bruno Lévy veut exprimer une certaine colère :

                  "Cri de colère contre une politique qui ne nous écoute, une agence régionale de santé qui ne nous aide pas et nous force à faire ce qu'on ne veut pas faire, c'est à dire faire des choix. On va être obligé par la déprogrammation de détériorer la santé de la population et faire des choix dans l'accueil du patient. Peut-être que votre parent de 70 ans, on ne pourra pas le prendre en réanimation."

                  Bruno Lévy qui affirme qu'on compte déjà plusieurs morts de personnes cardiaques dont les opérations ont été déprogrammées à Nancy.

                  Le chef du service médecine intensive et réanimation médicale au CHRU de Nancy, le professeur Bruno Lévy, était l'invité de France Bleu Lorraine ce mardi 30 mars. Il alerte sur la saturation de l'hôpital à cause du Covid et réclame un confinement strict.
                  Quot homines tot sententiæ

                  Commentaire

                  Chargement...
                  X