Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Trouvez la chanson

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Je poste le texte complet, si ça peut faire tilt à quelqu'un :


    Ici Paris, il est tard, le bitume reflète les phares
    Au bas du thermostat on bronze à la carte postale
    Longtemps pendant mon jeune âge
    Je pensais que l'usine faisait les nuages
    L'eau potable est-elle cancéreuse ?
    Les nuits d'hôpital deviendraient coûteuses
    Ils disent qu'en ville on aime pas parler,
    Qu'ils viennent vivre à mille au mètre carré
    chacun son cube, y vieillir, dans les tentacules de la solitude
    Soleil du nord quand au deuxième semestre
    Le mauvais temps insiste et le clown se défenestre

    Encore un jour sans ombre
    Quand lastre est à son zénith
    Ma ville un tissu cousue de périphériques
    Le printemps nous transforme en sauvages
    Au premier rayon on plonge sans plage
    On attend l'été pour s'entasser chez les autres
    Ces gens du sud à l'accent chaud
    On ne partage pas les mêmes horizons
    Pour vivre les vôtres nous cotisons
    J'voudrais vous y voir à courir les bidonvilles
    Rêvant de tours d'ivoires où élever ta fille
    Famille nombreuse avec un seul salaire
    C'est voir la mer à vingt ans et dix-neuf étés de galère

    L'hiver dure trois saisons
    Quarante ans de crédit la belle maison
    Chaque semaine grossit le jackpot
    Les temps durcissent
    Les copains n'ont plus de clopes
    Coincés dans d'horribles jeans
    Entre l'avenir et nos origines
    Au fond ça va dans l hexagone
    On cherche les ficelles tire sur la corde
    On se passe de conseil
    Il me semble que la misère serait moins pénible au soleil
    Dernière modification par ncy54, 08 septembre 2019, 14h45.

    Commentaire


    • Le Dabe
      Le Dabe commenté
      Modifier le commentaire
      J'ai une bonne culture musicale mais là ça ne me dit rien

    • zepelin57
      zepelin57 commenté
      Modifier le commentaire
      Pareil que Le Dabe, jamais entendu parler.

  • Dommage que personne ne connaisse les classiques d'Oxmo Puccino ! Qui sort un nouveal album ces jours ci d'ailleurs. "Soleil du nord" la chanson.

    On relance avec :


    Dieu que cette histoire finit mal
    On imagine jamais très bien
    Qu'une histoire puisse finir si mal
    Quand elle a commence si bien

    On imagine pourtant très bien
    Voir un jour les raisons d'aimer
    Perdues quelque part dans le temps
    Mille tristesses découlent de l'instant

    Alors, qui sait ce qui nous passe en tête
    Peut être
    Finissons nous par nous lasser

    Commentaire


    • Bon bah c'était Le courage des oiseaux de Dominique A.
      J'arrête avec mes merdes, on va devoir passer à la grande musique du coup :

      De vague à l'âme en lame de fond tu surfes entre ses récifs
      Mais le courant te ramène vers le macadam Eric
      De vague à l'âme en terrain vague tu divagues
      Tes états d'âme sont tes lassos qui tournoient
      Et s'entrelacent autour de moi
      Moi qui suis lasse des rodéos du Texas
      O.K. Corral c'est le KO, KO moral
      Vague à l'âme ou bien lame de fond
      Chaque fois je fonds quand tout s'enflamme

      Commentaire


      • michka
        michka commenté
        Modifier le commentaire
        D'après le texte c'est une chanteuse... mais je ne vois pas non plus.

    • Envoyé par ncy54 Voir le message
      Bon bah c'était Le courage des oiseaux de Dominique A.
      J'arrête avec mes merdes, on va devoir passer à la grande musique du coup :

      De vague à l'âme en lame de fond tu surfes entre ses récifs
      Mais le courant te ramène vers le macadam Eric
      De vague à l'âme en terrain vague tu divagues
      Tes états d'âme sont tes lassos qui tournoient
      Et s'entrelacent autour de moi
      Moi qui suis lasse des rodéos du Texas
      O.K. Corral c'est le KO, KO moral
      Vague à l'âme ou bien lame de fond
      Chaque fois je fonds quand tout s'enflamme
      Tes états d'âmes Eric de je ne sais plus qui. Tu vois quand tu repasses aux variétoches, on trouve ! Bon je ne suis pas très fier. Et c'est vieux en plus !

      Commentaire


      • Allez comme je suis sûr de moi :

        Si tu reviens par là
        Tu verras la rivière
        Et j'ai refait en pierre
        Le petit pont de bois
        Puis je l'ai recouvert
        De rondins de bois vert
        Pour rendre à la rivière
        Son vieil air d'autrefois
        Puis je l'ai recouvert
        De rondins de bois vert
        Pour rendre à la rivière
        Son vieil air d'autrefois

        Commentaire


        • h-im
          h-im commenté
          Modifier le commentaire
          Yves Duteil - Le petit pont de bois

      • Pareil je suis sûr de la réponse donc :

        Elle est un peu grasse juste assez oui mais pas trop
        Juste un petit surplus de peau qui fait que tu te sens comme sur un bateau
        Le jour on peut voir son sourire le soir on peut l'entendre jouir
        De toutes les nymphos de la terre oui c'est surement la pire.

        Elle a tellement de visites que son plumard est aplatit
        Elle a vu cent fois plus de b**** que tous les urinoirs de Paris
        Les messieurs qui se présentent chez elle se font vite enlever leurs bretelles
        Et tout à coup... c'est Noël.

        Que tu habites au dessus, que tu habites au dessous
        Elle a la b*** en dedans et ça s'entend
        Parfois on pense que c'est quelqu'un qu'a déclenché l'alarme
        Mais ce ne sont que ses charmes.


        etc etc...
        Dernière modification par h-im, 10 septembre 2019, 13h33.

        Commentaire


        • Ma voisine de François Pérusse !
          "Alors vous les verrez... les rivages blancs, et au-delà, la lointaine contrée verdoyante, sous un fugace lever de soleil..."

          Commentaire


          • michka
            michka commenté
            Modifier le commentaire
            Avec un solo mémorable

          • h-im
            h-im commenté
            Modifier le commentaire
            Bien joué les gars !
            https://www.youtube.com/watch?v=EqnrPlxE70A
            Dernière modification par h-im, 10 septembre 2019, 15h24.

          • Phil68000
            Phil68000 commenté
            Modifier le commentaire
            Je me croyais fan de Pérusse : je ne connaissais pas , honte à moi ! Merci Bobo54, j'ai découvert une pépite, je me pisse dessus !

        • Puisqu'on est parti dans cette veine-là, un standard !


          Voici l'histoire d'un nain capable
          De courir vite et de voyager loin
          Dans son épopée formidable
          Nous le suivrons, une bière à la main !

          Nous sommes les nains sous la montagne
          On creuse le jour, on boit la nuit
          Et on aime pas ceux d'la surface!
          "Alors vous les verrez... les rivages blancs, et au-delà, la lointaine contrée verdoyante, sous un fugace lever de soleil..."

          Commentaire


          • Envoyé par Bobo54 Voir le message
            Puisqu'on est parti dans cette veine-là, un standard !


            Voici l'histoire d'un nain capable
            De courir vite et de voyager loin
            Dans son épopée formidable
            Nous le suivrons, une bière à la main !

            Nous sommes les nains sous la montagne
            On creuse le jour, on boit la nuit
            Et on aime pas ceux d'la surface!
            Bordel un connaisseur !
            C'est Mon ancêtre Gurdil, dans le Donjon de Naheulbeuk.

            Commentaire


            • Vu que je suis sûr de moi, à mon tour :


              Le ciel prétend qu'il te connait
              Il est si beau c'est sûrement vrai.
              Lui qui s'approche jamais
              Je l'ai vu pris dans tes filets.

              Le monde a tellement de regrets
              Tellement de choses qu'on promet.
              Une seule pour laquelle je suis fait
              **************************************** (je ne mets pas les paroles, trop facile sinon... )

              Celui qui trouve peut relancer directement, je ne pourrai pas suivre après...

              Commentaire


              • Mister G
                Mister G commenté
                Modifier le commentaire
                Je t'aimais je t'aime et je t'aimerai de cabrel

            • J'ai tout appris de toi sur les choses humaines
              Et j'ai vu désormais le monde à ta façon
              J'ai tout appris de toi, comme on boit aux fontaines
              Comme on lit dans le ciel les étoiles lointaines
              Comme, au passant qui chante, on reprend sa chanson
              J'ai tout appris de toi jusqu'au sens du frisson

              Commentaire


              • michka
                michka commenté
                Modifier le commentaire
                «Que serais-je sans toi?» de Jean Ferrat (texte d'Aragon). Chanson que je chante à ma fille...

            • Du coup, comme je la connais par cœur, je relance:

              Sonneraient-elles plus fort, ces divines trompettes,
              Si, comme tout un chacun, j'étais un peu tapette,
              Si je me déhanchais comme une demoiselle
              Et prenais tout à coup des allures de gazelle?
              Mais je ne sache pas que ça profite à ces drôles
              De jouer le jeu de l'amour en inversant les rôles,
              Que ça confère à leur gloire une once de plus-value,
              Le crime pédérastique, aujourd'hui, ne paie plus.

              Commentaire


              • zepelin57
                zepelin57 commenté
                Modifier le commentaire
                Rhooo trop facile: tonton Georges les trompettes de la renommée

              • michka
                michka commenté
                Modifier le commentaire
                zepelin57 C'est clair d'autant qu'il y avait quasiment le titre dans ce couplet. À toi de jouer, du coup.

            • Je crains que cela soit difficile à trouver, mais ne sait-on jamais :

              "En sa 5° vie naquît bâtard anonyme chat par intérim
              ***** - ainsi nommé par dérision et pour la rime.
              En quels temps, en quels lieux? Nul ne le sait.

              Cauchemar des états civils, chat des champs et chat des villes
              Des plumitifs-salamalecs, un peu rats de bibliothèques
              Le veulent né coiffé, léché, botté de kneppes en février de 1947
              Pour d’autres naïfs il est natif de Seine St Denis
              Commune de Bobigny-city en avril de 70...
              "

              Commentaire


              • zepelin57
                zepelin57 commenté
                Modifier le commentaire
                Indice: chanteur encore en activité, assez engagé notamment pour sa région, il a rendu plusieurs hommages à Léo Ferré en traduisant ses textes en occitan, et également Georges Brassens, dont il partage l'amour des chats.

              • jello b
                jello b commenté
                Modifier le commentaire
                Du coup c'est Joan Pau Verdier (pas sûr de l'orthographe), en revanche aucune idée du titre.

              • zepelin57
                zepelin57 commenté
                Modifier le commentaire
                Oui jello b, c'est bien Joan Pau Verdier, la chanson est Tabou le chat, c'est à toi donc car je conçois que ce genre d'auteur reste très méconnu, ceux qui ont connu l'époque des concerts dans les MJC locales auraient pu s'en rappeler ;-)

            • Moi la prochaine fois que j'ai la main, je vous balance un chanteur nepalais ou du Turkménistan...
              Et je donnerai pas la réponse tant que personne trouvera... Na !!!
              Certaines personnes sont des loutres, et d'autres des cailloux....
              (Sheldon Cooper BBT)

              Commentaire


              • JMBA39
                JMBA39 commenté
                Modifier le commentaire
                Un chanteur népalais... qu'il ne soit pas moche au moins !

              • michka
                michka commenté
                Modifier le commentaire
                voire... pire... des Pays-Bas

              • Phil68000
                Phil68000 commenté
                Modifier le commentaire
                Sur ce coup-là, je suis 100 % d'accord avec HQ. Attendez que je vous balance "A cœur battant" d'Eva (ça existe !), vous rirez moins. Joan… Baez ? Non, Pau Verdier…. bien sûr !!

            • De nos nuits de fumette il ne reste presque rien
              Que tes cendres au matin
              A ce métro rempli des vertiges de la vie
              A la prochaine station,petit européen.
              Mets ta main,descend-la au dessous de mon cœur.


              Soyons désinvoltes, n'ayons l'air de rien.
              My name is Icosaèdre musclé, but call me Hugues !
              Tu t'es vu sans Cabu ?

              Commentaire


              • ncy54
                ncy54 commenté
                Modifier le commentaire
                Éblouie par la nuit chantée par Zaz (de Raphael).

              • jello b
                jello b commenté
                Modifier le commentaire
                C'est bien ça ncy54
            Chargement...
            X