Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Actualités

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Qu'est-ce qu'un hiver normal ? Qu'est-ce qu'un hiver pas normal ?
    Je veux dire à l'échelle de plusieurs milliers d'années au final c'est quoi le normal et l'anormal ?
    On sait par exemple qu'en janvier et février 1709 on se caillait sérieusement les miches en France alors qu'en décembre il faisait très doux.
    On sait également que le 13è siècle était plutôt "chaud".
    De -8000 à -3000, le Sahara était couvert de végétation.
    On a retrouvé des grottes immergées "colonisées" par l'homme à plusieurs mètres de profondeur, signe que le niveau des océans était bien plus bas il y a quelques milliers d'années.
    Tout ça ce n'est pas la faute du moteur à explosion.

    On a des données réellement fiables que depuis le milieu du 19è siècle. On a "découvert" la moitié de la planète il y a un peu plus de 500 ans.
    Tout le reste ne se base que sur des récits narratifs plus ou moins précis, sur des évènements de type famine ou épidémies qui ne sont pas forcément synonymes de perturbation météorologiques, et parfois sur quelques rares données géoréférencées et datées.

    Il y a quelques siècles les saisons "commençaient" un mois plus tôt.
    La science progresse chaque jour pour retrouver d'éventuelles éruptions volcaniques massives qui auraient pu plonger la terre dans une relative obscurité et faire baisser la température, etc.
    On sait que l'Holocène est une période de réchauffement à l'échelle des temps géologiques. Une période qu'on appelle interglaciaire.

    Est-ce qu'on "humanocentrise" un peu trop les phénomènes actuels ?
    Peut-être parce qu'on aime bien croire qu'on est supérieur à toutes choses et que finalement on est si développé que si le climat varie c'est forcément qu'on en est responsable ?
    Mais est-ce que finalement l'impact de l'homme ne serait pas que minime dans tout ça comme notre présence sur cette planète est finalement ridicule à l'échelle de l'âge de la planète ?
    Être ou ne pas être, telle est la question, sinusoïdale, de l'anachorète... hypocondriaque...

    Commentaire


    • Phil68000
      Phil68000 commenté
      Modifier le commentaire
      J'avoue avoir eu le même type de raisonnement longtemps. Mais quand on voit l'accélération à l'échelle d'une demie vie d'homme, j'ai peine à croire que dans 20 ans les hivers ressembleront de nouveau à ceux de mon enfance, voire à ceux des années 70.

      Ceci étant, on peut aussi donner quelques chiffres irréfutables pour illustrer. Je tire mes infos d'un bouquin édité chez Lattès, fait par Jacques Kessler (monsieur météo radio France pendant longtemps) et un ingénieur météo, reprenant des stats officielles Météo France.
      Ca porte sur les moyennes 1960-1990.
      Exemple parlant : la normale, c'est 29 jours avec chutes de neige (même sans tenue au sol) par hiver à Nancy. A Nancy je suis pas sûr, mais à Colmar (où c'est 26 jours), c'est certain : on n'atteint pas ce chiffre sur les 5 derniers hivers cumulés.
      Les journées sans dégel tournent autour d'une quinzaine suivant les endroits du Grand Est en plaine. Cette année, dans pas mal de vallées vosgiennes bien encaissées, il a fallu attendre ce mois de février sous les normes pour en avoir enfin une !

      Dans le sud-Alsace, la moyenne des températures minimales de janvier, c'est -2 et, surtout, celle des maximales, c'est 4 degrés (et sensiblement du kif le reste de l'hiver). Ca veut dire qu'une journée à 10 degrés (et tant qu'on ne dépasse pas cette barrière, on considère qu'on reste dans de "l'hivernal") doit être compensée par une journée sans dégel à -2 de maxi pour être compensée et rester dans les normales. Lors de cette "vague de froid polaire exceptionnelle Paris-Moscou gnagnagna" comme nous la vendent les télés, on doit être à quoi ? 2-3 jours dans ces eaux-là .... A comparer avec la litanie des longues semaines de redoux à 12, 13, 16° qui défilent à intervalles réguliers lors des automnes-hivers de ces 10 dernières années.

      Même si les données ne sont fiables que depuis 150 ans en gros, les chroniques médiévales et autres ont une valeur. Certes, il y a eu des variations, y compris vers le chaud, au Moyen Age notamment. Mais des années peu enneigées n'étaient pas sans neige, et pas sans automne, et pas avec canicule en plus, etc...


      Bref, etc, etc...

      Au fait : 6 degrés au Pôle Nord, c'est TRENTE degrés au-dessus des normes.

  • Envoyé par blork Voir le message
    Donc on supprime les complémentaires, les mutuelles, etc. ?
    Je parlais du régime général. Si après un employé veut cotiser plus, pas de soucis de mon côté. Ceci étant dit, complémentaires et mutuelles, je vois ça comme un échec de notre politique. Puisqu'on en arrive à devoir faire confiance à des sociétés privés pour ces sujets importants.

    La pénibilité est une chose et elle est reconnue. Donc il est normal qu'elle abaisse l'age de départ à la retraite. Pour le reste, l'age devrait être le même pour toutes les professions. Dans ma famille, j'ai des instits qui sont partis à la retraite à 59 ans. En 2016. J'ai du mal à voir la pénibilité. Par contre, le fait qu'ils n'ont pas cotisé leur quotas, ça oui je le vois bien.

    Le mode de calcul de la retraite et les cotisations devraient être les mêmes pour tout le monde. Dans le privé, on prend ton salaire des 20 ou 30 dernières années pour calculer ta retraite mais le calcul est différent dans le public. De la même manière, les jours de carence ne sont pas les mêmes pour les fonctionnaires et le privé. Sur des systèmes universels comme la retraite et l'assurance maladie, je ne trouve pas ça normal.

    Envoyé par blork Voir le message
    Les régimes spéciaux n'ont rien de plus qu'ils ne financent pas eux-mêmes.
    J'ai déjà lu un truc pareil, il n'y a pas longtemps... Ah oui la Catalogne et son indépendance...
    Bon et sinon, si les comptes sont à l'équilibres, pourquoi on repousse l'age de départ à la retraite à cause du déficit dans les caisses alors ?

    Commentaire


    • fais gaffe à tes citrouilles blork !!!
      23 mai 1988 ... j'y étais ...
      1er du Challenge pronostics Ligue des Champions 2018 ...

      Commentaire


      • [QUOTE=Killer de Bug;n71966]Je parlais du régime général. Si après un employé veut cotiser plus, pas de soucis de mon côté. [/quotemsg]

        C'est ce qui se passe dans les régimes spéciaux. Du moins dans le mien.
        12,68% de cotisations salariales
        35,4% de cotisations patronales.
        Loin, très loin devant le "privé".

        Envoyé par Killer de Bug Voir le message
        Le mode de calcul de la retraite et les cotisations devraient être les mêmes pour tout le monde. Dans le privé, on prend ton salaire des 20 ou 30 dernières années pour calculer ta retraite mais le calcul est différent dans le public. De la même manière, les jours de carence ne sont pas les mêmes pour les fonctionnaires et le privé. Sur des systèmes universels comme la retraite et l'assurance maladie, je ne trouve pas ça normal.
        Nombre d'entreprises assurent 0 jours de carences à leurs salariés en leur versant une indemnité pour les jours où le Sécu ne le fait pas.
        Nombre d'entreprises assurent des retraites complémentaires à leurs salariés en plus de la retraite de base.
        Les calculs sont différents mais au final ?

        http://www.cor-retraites.fr/IMG/pdf/doc-3400.pdf
        Pour les retraités de droit direct de la génération 1946, le taux de remplacement médian du salaire net moyen de fin de carrière par la retraite s’élève à 74,0 % pour les hommes et 72,5 % pour les femmes. Il est respectivement de 75,0 % et de 74,7 % pour les personnes ayant effectué une carrière complète.
        Je viens d'aller faire une simulation de retraite sur le site de la caisse dont je dépend.
        Avec un taux plein (75% de mon dernière salaire de base puisque c'est ça le calcul), je toucherais 56% de mon dernier salaire net moyen.
        Heureusement que je suis un privilégié et que je casque bien plus que les salariés du privé pour ma retraite...

        Pourquoi ce taux de remplacement au lieu des 75% que tout le monde annonce sans savoir de quoi il parle ?
        Parce que mon salaire de base ne représente que les deux-tiers de mon revenu net et que le tiers qu'il reste n'est pas pris en compte pour mes droits à la retraite contrairement aux salariés du privé.

        Envoyé par Killer de Bug Voir le message
        J'ai déjà lu un truc pareil, il n'y a pas longtemps... Ah oui la Catalogne et son indépendance...
        Bon et sinon, si les comptes sont à l'équilibres, pourquoi on repousse l'age de départ à la retraite à cause du déficit dans les caisses alors ?
        Pour qu'ils restent à l'équilibre peut-être ?
        Un peu comme la caisse de sécurité sociale d'alsace-moselle réévalue chaque année le taux de cotisation pour le droit local et a des comptes à l'équilibre, et même régulièrement excédentaires, contrairement au régime général ?



        Tiens j'ai un dernier exemple des avantages du public :
        Pour notre premier enfant, ma compagne a eu son congé maternité du 25 juillet au 14 novembre. Ses 5 semaines de congés d'été durant lesquelles elle était en congé mat' et les 2 semaines de congés de la Toussaint ? Bah "perdues" puisque comprises dans le congé maternité.
        Dans le privé est-ce qu'on perd des jours de congés pendant son congé maternité ?

        Et rebelotte ce vendredi. Congé mat' pour notre deuxième. Les vacances la semaine prochaine ? Les vacances d'avril ? "Perdues".
        Mais les profs sont des planqués qui ont une blinde de congés.
        Être ou ne pas être, telle est la question, sinusoïdale, de l'anachorète... hypocondriaque...

        Commentaire


        • Bah on peut être plus ou moins d'accord avec tout sauf tes 6 derniers mots. Sans critiquer ni porter de jugement de valeur c'est quand même un fait difficilement niable : bah oui les profs ont une blinde de congés. Etre libre pendant toutes les vacances scolaires c'est bien plus que n'importe quel autre travailleur. C'est super avantageux, je pense notamment à la garde des enfants en période de vacances scolaires justement !
          Alors je comprends les profs qui se plaignent de leur salaire, de leur hiérarchie, de la difficulté du boulot en général et dans certaines classes, du manque de reconnaissance ... Par contre faut reconnaître l'avantage indéniable des congés sinon crédibilité zéro pour moi.

          D'ailleurs le coup des congés maternité si on veut. Forcément avec des congés qui reviennent tous les 2 mois en gros + l'énorme coupure estivale, évidemment en étant enceinte les congés maternité empiéteront à coup sûr sur des vacances. Ne soyez pas trop gourmands sur ce point précis !

          Commentaire


          • Rhadamanthe
            Rhadamanthe commenté
            Modifier le commentaire
            Plus haut tu écris : "ces vacances ne sont même quasiment plus un avantage à bien y regarder." Bon ça veut bien dire ce que ça veut dire, je ne vais pas jouer sur les mots pendant des heures. J'aurais pu le faire il y a 5 ans mais ce n'est plus mon trip.
            Je suis certainement extrémiste mais pour moi il n'y a pas de discussion possible : les profs ont beaucoup de congés et c'est un ENORMISSIME avantage pour plein de raisons. Voilà si on n'est pas d'accord avec cette affirmation, la discussion n'aura aucun sens car selon moi on refuserait d'apporter toute bonne foi au débat.
            J'admets qu'on ne soit pas d'accord. No problemo, bonne journée.

          • blork
            blork commenté
            Modifier le commentaire
            les profs ont beaucoup de congés et c'est un ENORMISSIME avantage pour plein de raisons. Voilà si on n'est pas d'accord avec cette affirmation, la discussion n'aura aucun sens car selon moi on refuserait d'apporter toute bonne foi au débat.
            J'adore ces arguments d'autorité qui interdisent toute discussion parce qu'une personne a décidé que c'était comme ça et pas autrement.

            Ce serait un énormissime avantage pour plein de raisons s'il n'y avait pas dans le même temps plein de raisons pour largement atténuer cet énormissime avantage.

            Mais effectivement si on considère qu'un prof fait ses heures de cours et se la coule douce le reste du temps, que ces vacances valent bien d'être payé 2000€ bruts avec un bac+5 (pour enseigner parfois à des centaines de kilomètres de chez soi), etc. alors oui effectivement c'est un énormissime avantage.

            Moi qui vit avec une prof je peux te garantir qu'à sa place j'aurai quitté l'éducation nationale il y a bien longtemps malgré cet énormissime avantage.

          • Rhadamanthe
            Rhadamanthe commenté
            Modifier le commentaire
            Je ne trouve pas ça anormal, je ne critique pas, je ne jalouse pas, je fais un constat. Je te parle juste de la longueur et répétition des congés, pour moi oui j'assume de dire qu'une discussion n'a aucun sens si on ne reconnaît pas cet avantage conséquent.
            Derrière tu me reparles du bac+5, du salaire, ... Oui tout ce que tu veux, je le dis dans mon message initial : tout est discutable. Sauf les congés quoi ! Après oui je comprends que malgré cet ENORMISSIME avantage, plein de gens ont envie de se casser de l'EN. Bon pour ma part autre débat car je ne parlais que du seul facteur congés.
            Tu sais, grosso modo en France tout le monde connaît dans son entourage proche des enseignants ou instits. Tu n'es pas un cas rarissime.

        • Le souci, avec "public/privé", c'est que la France (en particulier ses élites dirigeantes) adore faire semblant d'avoir la mémoire courte.

          - Pourquoi partir à 55 ans pour un instit qui a commencé en 1960 ? Ben parce que, à l'époque, en pleine croissance, c'était un boulot moins bien payé que dans le privé. En échange, le contrat, 'était "tu te barres à 55 ans". Madelin, en tant que grand libéral, en 2003, a dit qu'il était opposé à retarder l'âge de la retraite pour les gens déjà en place, au nom de la primauté du contrat "loi entre les parties" sur la régulation étatique, fût-elle justifiée par la solidarité nationale. Ca se défend comme point de vue.

          - La grille salariale des instits, à indice, grade, etc, équivalent, est inférieure à celle des agents EDF, fonctionnaires des préfectures, etc... En effet, sous la IIIème république, on ne payait pas les instits en juillet-août. Nombreux étaient ceux qui complétaient avec secrétariat de mairie, moissons, etc... Puis on a lissé tout ça sur 12 mois. N'empêche : fondamentalement, un instit peut prétendre que ses vacances ne sont pas payées, s'il se compare à un employé de préfecture.

          - Ceci étant, tout ça n'a pas grande valeur. En effet, si le pouvoir d'achat des fonctionnaires des années 60 était notablement inférieur à celui des professions intermédiaires comparables dans le privé, depuis, ça a changé. Nombre de boulots de fonctionnaires sont bien payés, car le privé a baissé, on a été revalorisés, le SMIC a augmenté (et plein de trucs avec, genre immobilier), entraînant une baisse paradoxale de pouvoir d'achat réel pour les classes moyennes, en particulier du privé. En même temps, si on est doué, flexible, bosseur, on peut, en partant d'un simple apprentissage et en ayant un travail posté dans l'industrie gagner un salaire correct et supérieur à celui d'un bac+2 gratte-papiers dans un SIVOM quelconque. Et je ne parle pas des frontaliers, suffit de voir les loyers à Longwy (joli port de pêche !!).

          Il faudrait faire une grande mise à plat. Les gens, crise et sacrifices obligent, ont besoin d'équité. Mais si on va par là, réguler les salaires, c'est réguler un peu toute l'économie, ça cohabite mal avec Bruxelles.

          Commentaire


          • Jean peux plus de tout ça ....
            https://www.marianne.net/culture/cin...otas-de-femmes

            Commentaire


            • bart
              bart commenté
              Modifier le commentaire
              Dans le porno aussi ? Il va falloir recruter des hommes....

            • Phil68000
              Phil68000 commenté
              Modifier le commentaire
              Ca ouvre des perspectives ton histoire de porno. On est d'accord qu'un bon porno hétéro comporte classiquement sa scène lesbienne. Ce qui, tant en termes conceptuels qu'en nombre d'actrices, créée un déséquilibre non-paritaire. Seule solution paritaire contraignante : compenser toute scène lesbienne par une scène gay masculine. Moi, dans ce cas-là, je ne regarde plus, je le dis tout de suite !!

            • Phil68000
              Phil68000 commenté
              Modifier le commentaire
              N'empêche, blague à part, les gars qui pondent ces conneries ne réfléchissent pas beaucoup plus loin que leur nez. Moi aussi, en tant qu'enseignant, je pourrais me plaindre d'un manque de parité. Il y a 80 à 90 % de femmes dans l'enseignement primaire ! Je ne m'en plains pas personnellement (seul après mon divorce j'ai trouvé ça plutôt sympa. Avant aussi, en fait ...) mais, là aussi, on peut trouver à cette situation des inconvénients sociétaux réels.
              Je déconne pas :
              - Longtemps seul enseignant mâle de mon école, j'ai souvent entendu en début de CM1 des parents ultra-inquiets parce que "leur enfant avait un homme pour la première fois"
              - Certains gamins sont orientés vers un instit homme plutôt que femme. C'est rare, mais ça arrive, si le rapport est compliqué avec la mère, s'il n'y a pas de père à la maison... ou parfois le contraire. Comment mettre en place ça s'il n'y pas 50 % d'hommes dans une école ? Ce n'est valable bien sûr que dans une grosse école où il y a plusieurs classe d'un même niveau, bien sûr. Mais bon, le cas existe.
              - Accessoirement, la plupart de mes collègues filles détestent les salles de profs sans aucun mec, il semblerait que l'ambiance y tourne assez immanquablement au vinaigre...

              Bref, ils feraient mieux de s'occuper des Bac + 5 qui s'appellent Mokhtar ou Mamadou et finissent à Londres parce qu'à la Défense on ne veut pas d'un basané dans les tours PENDANT les heures de bureau....

          • Envoyé par Rhadamanthe Voir le message
            Des quotas de femmes ? Quelle connerie !
            Les hommes fouettez vous ! Demandez pardon à Dieu pour être né avec une verge et des testicules.

            À un moment il faut stopper les âneries.

            C'est juste de la misandrie.

            Donc après on va avoir un quotas d'homosexuels, d'handicapés, de noirs , de jaunes , de rouge à pois verts et j'en passe.

            Stupide !
            "Et dites-vous bien que dans la vie, ne pas reconnaître son talent, c'est favoriser la réussite des médiocres."

            Un club: l'ASNL
            Deux couleurs: le rouge et le blanc.
            C'est ainsi et ce sera toujours ainsi.
            (citation personnelle)

            Commentaire


            • Envoyé par blork Voir le message

              Ce n'est pas l'Union Européenne qui demande de revenir sur les contrats de travail ou les statuts.
              https://www.upr.fr/actualite/ne-trom...ion-europeenne

              Commentaire


              • tintin7
                tintin7 commenté
                Modifier le commentaire
                Un site des plus neutres et d'une impartialité indiscutable. :

                Fais-toi Plaisir. Abonne-toi à ce journal. Ils vont te faire du bien. Ils te raconteront connerie sur connerie mais peu importe, ils sont dans le même trip que toi.
                http://www.dailymail.co.uk/news/arti...migration.html
                Dernière modification par tintin7, 02 mars 2018, 00h31.

              • michka
                michka commenté
                Modifier le commentaire

              • tintin7
                tintin7 commenté
                Modifier le commentaire
                Merci. Article intéressant. Ça fait un bout de temps que les trains ont été privatisés en GB et c'est un vériatble désastre. Prendre le train est hors de prix et les trains sont toujours en retard avec des gens qui voyagent debout car on essaie de metter le moins de wagons possibles, histoire de faire plus d'économies etc....

            • Ce n'est pas un journal gros nanard. Juste une démonstration, des arguments ...

              Commentaire


              • tintin7
                tintin7 commenté
                Modifier le commentaire
                Faut lire les éditions coco. Un site... Une demonstration? Bien sûr. Tu te la racontes comme tu veux hein... :

                Sinon, les britanniques ont certainement le pire réseau ferroviaire et les trains les plus pourris de toute l'Europe occidentale. Et ils l'étaient déjà avant qu'ils ne rejoignent la CEE. Et 50 ans plus tard, ca reste toujours le cas même si ça s'est amélioré.
                Ca ne fait aucun doute que tout va s'arranger d'ici deux ans... J'attends avec impatience.

                Nos hopitaux sont aussi pourraves. Ils nous ont dit que tout sera fantastique après le Brexit. Ça s'était pendant la campagne du referendum hein, parce que depuis, on nous a bien fait comprendre que c'était du vent à la mode populiste, des trucs juste bons à inciter les gens à votre contre l'UE. Les loulous qui nous promettaient de filer des milliards aux hopitaux apres le Brexit ont disparu pour certains et pour les autres, ils nous disent qu'on les avait mal compris à l'époque. C'est vrai que le message n'etait pas tres clair.
                http://www.salisburyjournal.co.uk/re...mages/5063096/
                Dernière modification par tintin7, 02 mars 2018, 01h25.

            • Je maintiens, ce n'est pas l'Union Européenne qui demande de revenir sur les contrats de travail ou les statuts.

              J'ai connu le printemps de l'énergie avec la réforme d'EDF et GDF, la casse du secteur de l'énergie, etc.
              J'ai fait grève, manifesté, etc. contre les projets du gouvernement français d'aller plus loin que ce que l'Europe demandait comme elle le fait aujourd'hui avec la SNCF.

              L'Union Européenne n'interdit absolument pas l'existence d'entreprises publiques.
              Elle demande par exemple que ces entreprises publiques ne bénéficient pas de la garantie de l'Etat pour ses emprunts, ce qui confèrerait un avantage par rapport aux concurrents privés.
              Donc aujourd'hui ce que l'Union Européenne demande c'est que l'entreprise SNCF ne bénéficie pas d'avantages découlant de son statut d'entreprise publique par rapport à ses concurrents.

              Mais le statut des travailleurs, les dispositions des contrats de travail, etc. l'Union Europénne n'en a strictement rien à secouer.

              J'en profite d'ailleurs pour rappeler que le statut abusivement appelé statut EDF, s'appelle en réalité statut des industries électriques et gazières et que ce statut s'applique effectivement aux salariés d'EDF mais également aux salariés de 160 entreprises publiques ou privées ( http://sgeieg.fr/sites/default/files...31-12-2016.pdf ) qui appliquent en fait ce qui n'est qu'une convention collective comme une autre sans que cela gêne le moins du monde l'Union Européenne mais que certains gouvernements FRANCAIS ont essayé d'attaquer.

              C'est la même chose pour la SNCF.
              Aujourd'hui on justifie la réforme du statut des cheminots en sortant l'excuse Union Européenne du chapeau comme d'habitude (après on s'étonne du sentiment anti-européen, du rejet de l'UE, etc.) et en faisant croire que c'est le statut des cheminots qui aurait endetté la SNCF et non, entre autres, le clientélisme politique visant à amener le TGV dans les villes de petits barons politiques.
              On essaye de nous faire croire que l'ouverture à la concurrence et la transformation de la SNCF passent par une réforme du statut des cheminots alors que finalement ce n'est qu'un prétexte pour casser une convention collective certainement jugée trop avantageuse aux yeux de certains qui voient déjà les dividendes supplémentaires que leur apporterait une baisse des sommes versées aux salariés.
              Être ou ne pas être, telle est la question, sinusoïdale, de l'anachorète... hypocondriaque...

              Commentaire


              • Pourquoi est-on toujours hypocrite en France ? Pourquoi ne fait-on jamais ce que l'on dit ? On traite tour à tour les cheminots de feignants passéistes puis d'avant-garde technologique quand on évoque le TGV, alors qu'ils assurent fondamentalement 2 missions totalement différentes, dont une de service public (les TER) et l'autre de prestataire de service privé offrant un avantage concurrentiel (les TGV). Ca fait 30 ans que c'est intenable....

                Prenons le train, l'aménagement du territoire et l'Europe.

                Imaginons 2 sortes de trains, et même de voies ferrées.

                1) Les lignes TER. Je ne dis pas petites, car avec le développement du TGV, un Belfort-Troyes, ça devient du TER, opéré avec des rames qui vont souvent à 200 km/h. Pour ces lignes, on décide que tout est administration d'état, même plus SNCF. On ne se posera plus la question de la rentabilité, pas plus qu'on ne cherche à connaître la rentabilité d'un enseignant ou d'un employé de préfecture.
                Ensuite, dans le cadre de la gestion de la dépense publique et du nombre de fonctionnaire, on supprime une ligne ou non, ou on remplace par des cars. L'Europe n'aurait rien à dire, et les citoyens se mobiliseraient ou non comme pour la fermeture d'une classe. Ca serait clair. Et tout ça vaudrait aussi bien pour les rails que les gares et le matériel roulant.


                2) Les lignes à grande vitesse. Là, on privatise et on ouvre à la concurrence, il n'y aurait plus de SNCF, même plus d'actionnaire public. A mon avis, ce serait assez simple : il y aurait assez rapidement pas plus de 3 ou 4 grands opérateurs, comme dans la téléphonie. En gros, 2 opérateurs de TGV à tarifs et prestations assez équivalentes et 2 opérateurs proposant des solutions alternatives, moins rapides et moins chères, type trains de nuit qui ont disparu. L'Europe serait contente. J'ajoute que ça ouvrirait des perspectives aux employés : le mec qui aime le challenge, et les primes d'objectifs choisit le privé. En plus, vues nos performances dans la grande vitesse (et pour avoir pris l'ICE une ou deux fois), je ne pense pas qu'on se ferait tailler des croupières par Siemens.

                3) Pour les portions de lignes partagées, qui seraient peu nombreuses (car un TGV sur du rail classique, partageant ses circulations avec des TER, c'est pas très intéressant), il suffit de mettre en place une réglementation simple pour savoir qui paye quoi.

                Commentaire


                • Avatar de « Invité »
                  Invité commenté
                  Modifier le commentaire
                  Pas besoin d'imaginer deux sortes de trains, ça existe déjà
                  1/ parce que les Régions sont les autorités organisatrices pour les TER depuis 2002 (loi SRU de 2000)
                  2/ idem pour le TGV privé: c'est grosso modo le système utilisé pour la nouvelle Ligne Tours-Bordeaux (et c'est un fiasco)
                  De plus comme Blork l'a expliqué "ce que l'Union Européenne demande c'est que l'entreprise SNCF ne bénéficie pas d'avantages découlant de son statut d'entreprise publique par rapport à ses concurrents.", je pense que ça inclue la performance des trains. la SNCF n'aura pas le droit de faire rouler ses TGV à 350 à l'heure pendant que les autres seront limités à 250.
                  De plus affirmer que l'ICE est moins performant que les trains Français est faux: pour prendre l'exemple du TGV-EST: qu'il s'agisse de trains ICE siemens ou TGV Alstom, tous circulent strictement à la même vitesse (320km/h)

                  3/ En fait, la majorité TGV empruntent plus ou moins partiellement le réseau classique, y compris le Nancy-Paris et le Metz-Paris (jusqu'à Vandières). Certaines lignes sont certes prolongées jusque Sarrebourg, St Dié, Epinal, Luxembourg, Bar Le Duc etc... mais l'intérêt c'est de diminuer les interconnexions. même si ça reste symbolique (un a/r par jour vers Sarrebourg par exemple)

              • En pleine polémique sur la réforme de la SNCF, alors que BFMTV a publié une grille de salaires des cheminots affichant un salaire minimum de 2103€ brut, soit 1619€ net pour les agents de la catégorie la plus basse, les bulletins de paie des « privilégiés » du rail révèlent que la réalité est tout autre. Nous en publions ici une sélection, ainsi que quelques indications utiles pour comprendre ces fameux bulletins aux primes mythiques.

                Commentaire


                • Gopé, TUE, TFUE, évidemment ce ne sont toujours que des recommandations entre amis.
                  Et rédigés par des blaireaux non élus du peuple !

                  ​​​​Tiens d'ailleurs, le mosco qu'on a viré car incompétent chez nous, il bosse ou maintenant ? Quand même un comble...

                  Commentaire


                  • http://www.leparisien.fr/societe/pou...18-7594089.php

                    Commentaire


                    • Bobo54
                      Bobo54 commenté
                      Modifier le commentaire
                      J'ai cru que je devenais fou. Obligé d'avancer l'heure de mon radio-réveil 3 fois ces deux dernières semaines. Je ne suis donc pas cinglé.

                    • Rhadamanthe
                      Rhadamanthe commenté
                      Modifier le commentaire
                      Oui pour ma part ça ne m'a pas torturé mais je ne comprenais pas bien pourquoi l'heure sur mon four était tout le temps à la bourre ...

                    • Killer de Bug
                      Killer de Bug commenté
                      Modifier le commentaire
                      Et ben moi je ne l'avais pas remarqué jusqu'à ce soir.
                      Je ne me fie qu'à ma montre, et elle est à l'heure.
                      Le four, c'est pour cuire les pâtes. Et le radio réveil, quelque soit l'heure à laquelle il sonne, c'est toujours trop tôt.
                  Chargement...
                  X