Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Actualités

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • blork
    a commenté la réponse de
    Je ne dis pas que le confinement est l'arme ultime et la seule qui a un effet. Par contre ça a un effet.
    D'ailleurs si certains pays en on décrété un deuxième et si ceux qui ne l'avait pas fait en mars, le font maintenant c'est qu'il doit y avoir un effet.
    Après je te rejoins sur les rassemblements, etc. d'ailleurs c'est ce que fait aujourd'hui la Suède alors qu'en mars elle n'avait rien fait ou presque.

    Par contre je ne suis pas d'accord avec le fait que l'épidémie commençait à ralentir fin octobre. Ce qui a commencé à ralentir c'est le nombre de tests réalisés et le nombre de cas positifs détectés... par contre sur les conséquences c'était loin de ralentir et aujourd'hui ça ralentit très très faiblement...
    Pour moi il aurait fallu accentuer les gestes barrière et baisser les jauges d'accueil plutôt que de fermer tous ces commerces jugés comme non-essentiels.

  • blork
    a commenté la réponse de
    Je ne regarde absolument pas les chiffres des tests.
    D'une part parce qu'en mars on n'en faisait quasiment pas donc difficile de comparer avec aujourd'hui.
    D'autre part parce qu'encore aujourd'hui ça n'a pas vraiment de sens à mes yeux. Plus tu fais de tests, plus tu as de chances de trouver des cas positifs.

    C'est d'ailleurs ce qui me dérange un peu depuis mi-décembre parce qu'on ne parle que du nombre de nouveaux cas pour prendre les décisions... mais si tu testes 2 ou 3 fois plus qu'avant y a moyen que tu trouves plus de cas positifs surtout quand on sait qu'il y a beaucoup d'asymptomatiques finalement (j'ai vu passer le chiffre de 50% des positifs qui seraient porteurs sains).

    Est-ce que tu peux superposer la courbe du nombre de tests réalisés ?
    Moi j'ai trouvé ceci : https://photos.lci.fr/images/1280/[email protected]

    Du coup on voit bien qu'à compter de fin octobre le nombre de tests journaliers diminue...

    Bref juger de l'évolution de l'épidemie en se basant sur les résultats de tests me semble peu pertinent. c'est pour ça que je regarde les chiffres des hospitalisations, des personnes en réa et des morts.
    Et pour le pic de novembre, je l'ai dit plus haut, il a été atteint avec 5 à 8 jours d'avance par rapport au pic d'avril... mais comme je l'ai dit on avait aussi mis en place des couvres-feux dans les régions les plus touchées dès le 15 octobre...

  • michka
    a commenté la réponse de
    Bon, je vais être un peu plus conciliant et dire qu'en réalité la contribution éventuelle du confinement doit pouvoir s'estimer en agrégeant proprement les données de différents pays et en analysant finement les données en prenant un peu de recul. Il y a quelques études qui s'y sont frottées et avec un peu plus de temps on devrait avoir une idée un peu plus fine. J'ai lu un papier qui estimait l'effet de plein de mesures gouvernementales, et l'effet du confinement était significatif mais n'était pas le plus fort (le plus fort était l'interdiction des rassemblements d'une certaines tailles, mais j'ai oublié les détails).

    Et je vais être encore plus conciliant en disant qu'on ne s'est pas mis dans les meilleures conditions pour avoir un effet du confinement. À mon humble avis (de non spécialiste, je précise), le confinement a d'autant moins de chance d'être efficace s'il est imposé tardivement. Notamment là en octobre, il a commencé au moment où l'épidémie commençait à ralentir. Le gouvernement l'a mis en place tard à cause de son coût économique, sanitaire et politique, ce que je comprends, mais du coup à ce stade il ne servait pas forcément à grand chose parce que le pic des contaminations (qui, dans la courbe en cloche, se situe au niveau de plus forte pente) était passé.

  • michka
    a commenté la réponse de
    C'est rigoureusement ce que je viens de souligner (l'une des courbes est le cumulé de l'autre) et nos interprétations sont opposées. À noter que le reflux en Italie (avec confinement) est plus lent et celui en Suisse (sans confinement) est moins lent. Donc ton hypothèse (qui ne colle pas avec le "flatten the curve" initial) ne tient pas.

    La baisse plus lente en hiver s'explique peut-être aussi 1) parce que l'épidémie est maintenant mieux répartie nationalement et 2) parce qu'on est en hiver et qu'on risque de se taper une deuxième vague dans peu de temps.

  • blork
    a commenté la réponse de
    Dans la courbe française on voit une presque symétrie selon un axe qui se situerait autour de mi-avril.
    En Suède on voit bien que le reflux dure hyper longtemps par contre.
    Selon tes courbes, fin mai la première vague est finie en France alors qu'il faut attendre fin juillet en Suède.
    Ce qui est imagé également par mes courbes avec quasi 25% de morts en plus mi-juillet en Suède (558,2 morts / million d'habitants) qu'en France (450,5 morts / million d'habitants). Avec la même mortalité en France, on aurait compté 37 400 morts mi-juillet au lieu de 30 200...

    Pour moi justement le confinement de mars a bien rempli son rôle.
    On a stoppé la propagation du virus et l'atteinte du plateau concernant le nombre de mort s'est fait 10 semaines après le début du confinement.
    En Suède ils ont laissé circulé et la première vague a duré presque de 20 semaines... et a fait plus de morts.

    D'ailleurs en ce moment on voit bien qu'en absence de confinement, ça reflue très très lentement chez nous.
    Et si on prend comme point de départ de la deuxième vague de morts le 15 octobre (alors que ça montait déjà depuis fin septembre) et bien ça fait déjà 11 semaines que ça n'en finit pas de monter...
Chargement...
X