Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Actualités

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Ron Svenson
    a commenté la réponse de
    Phil68000 Tu crois qu'il y a que des banquiers? Tu as toujours eu de la came ici. On a même des Fixer Stuff, c'est à dire des endroits gérés par des ASBL qui permettent aux toxicos de se shooter en toute sécurité. J'ai travaillé à côté d'un pendant quelques années. C'était sordide. Les filles faisaient des passes pour payer leurs doses au bord de la route. Y a même eu des braquages à la seringue dans mon quartier, des meurtres de prostituées trans, etc.

    C'est l'envers du décor.

    J'ai même eu une assez jolie fusillade il y a 2-3 ans dans le quartier quand un flic a fait un carton gagnant sur un cambrioleur qui s'enfuyait en voiture en fonçant sur un barrage de police.

    J'avais aussi une résidence derrière chez moi qui, à peine vidée de ses locataires, s'est transformée en repaire de clandestins lybiens et afghane et autres zombies défoncés au crack. Elle a entretemps été rasée.

    La beuh? On sera le 1er pays à légaliser le cannabis à usage récréatif d'ici 2 ans et chaque résident âgé de 18 ans minimum aura le droit de cultiver 10 pieds maximum. Et ça, c'est énorme.

    Alors? Tu vois qu'on s'emmerde pas.

    En 97, c'était nettement moins fun. Esch était toujours un peu chaude mais aujourd'hui, c'est devenu un shithole après 20 ans de socialisme. La ville s'est faite rattraper puis doubler par ses voisines Differdange et Dudelange.

    Lux-Ville de nuit, il y a clairement des coins que j'évite. Dans le nord, Wiltz a une assez sale réputation aussi. Le Luxembourgeois est volontiers chicaneur et n'aime pas qu'on le regarde de travers ou qu'on lui refuse une cigarette. Il assimile ça à du racisme.

    Ce n'est pas South Central mais le pays change très rapidement.

  • Phil68000
    a commenté la réponse de
    Marrant, je voyais le Luxembourg comme le summum de la tranquillité urbaine, limite emmerdante. On peut trouver de la beuh à Esch sur Alzette (ce nom m'a toujours fait délirer ...) ? Un monde s'écroule !

  • michka
    a commenté la réponse de
    Oui Ron, je précise que là apparemment les gens appelaient beaucoup pour se plaindre que leurs voisins sortaient plus d'une fois par jour, invitaient des amis...

  • Ron Svenson
    a commenté la réponse de
    michka Ca dépend pour quelles raison tu appelles la Police. Si c'est parce que le voisin pète le volume à fond à 3 heures du mat', j'ai aucun problème à le faire. Fut une époque où je m'en chargeais moi-même car la rue devenait un spot de fans de tuning, de footballeurs nocturnes et de junkies piquousés (J'en ai encore coursé 2 récemment qui avaient porté atteinte à ma propriété privée). Bizarrement, quand je parlais à mes voisins de ces nuisances, ils étaient brutalement frappés de Gilbertmontagnite ou de Beethovenite aigüe.

    Après, si mon voisin fait une garden party en plein confinement avec 50 personnes, je m'en fous complètement.

    Du moment que je peux dormir...

    Quant aux flics, si tu les appelles pour tapage nocturne ou parce qu'un gars cherche sa veine en plein milieu de la chaussée en agressant verbalement les passants et en déféquant entre 2 voitures, c'est 20 à 25 minutes d'attente. Et il n'y a jamais de sanction. Ce sont des éducatrices sociales.

    Un jour où je me plaignais de retrouver des seringues à proximité de l'école ou devant chez moi, ils m'ont dit de faire un courrier au Bourgmestre car eux ne pouvaient rien faire.

    En gros, ils font de la médiation. Bon, en France, ils cassent aussi la gueule de ceux qui les paient quand il y a des mouvements sociaux mais c'est pour le bien des manifestants.

  • michka
    a commenté la réponse de
    Y a pas longtemps j'ai lu un article sur une fête interrompue par la police. La police avait été "alertée par des voisins"... En avril la préfecture de police de Paris avait passé un message pour demander aux gens à arrêter d'appeler pour dénoncer leurs voisins parce que ça surchargeait leurs lignes....

  • Ron Svenson
    a répondu
    QUANTAS, la 1ère compagnie aérienne à dégainer l'obligation de se faire vacciner pour monter dans ses avions.

    Je me demande jusqu'à quel point c'est légal.

    Donc, le vaccin ne sera pas obligatoire mais plein de choses vous seront progressivement interdites si vous n'y passez pas...

    http://m.lessentiel.lu/fr/news/monde...antas-20999811

    Mais excepté cet état de fait, nous sommes tous libres.

    Ce que j'adore, ce sont les commentaires d'acharnés pro-vaccin qui disent: "Les anti vax seront vite repérés car ils ne pourront plus sortir et devront tout se faire livrer."

    La dernière fois dans le quartier, je suis passé devant une maison et des gamins avaient écrit "Corona Haus" à la craie en gros sur le trottoir.

    Y a des réflexes qui remontent vite à la surface.

    Laisser un commentaire:


  • michka
    a commenté la réponse de
    [tag] Sauf que les vaccins protègent avant tout la personne vaccinée, tandis que quand tu respectes le code de la route tu protèges avant tout les autres usagers les plus vulnérables (et je pourrais dire que la mortalité routière est nettement plus conséquente). Enfin bon, je crois qu'on commence à tourner en rond vu que je viens de répéter la même chose pour la troisième fois. Que chacun agisse et pense selon ses convictions personnelles, c'est une liberté qui nous est chère.

  • blork
    a commenté la réponse de
    A titre personnel, je crois que ça dépasse le choix de chacun.
    C'est comme si tu me disais qu'il est du choix de chacun de rouler à 200km/h sur une route de campagne.
    Le potentiel accident que tu provoqueras en percutant une autre voiture n'implique pas que toi.

    Effectivement on ne peut pas vacciner tout le monde, parce que certains ont un état de santé incompatible avec une vaccination.
    C'est pour cela qu'il me semble important d'agir pour protéger ceux qui sont dans cette situation.

  • michka
    a commenté la réponse de
    blork À ce prix-là, heureusement que les cas graves de la rougeole sont rarissimes... Enfin, je pense que tu as saisi l'argument qu'on n'est pas dans un monde parfait, qu'on ne peut pas vacciner tout le monde contre tout et dans le cas de l'argument du "protéger les autres" il y a des maladies pour lesquelles ça ne marchera pas à cause de leur contagiosité et de l'imperfection inhérentes des mesures de santé publique. On en revient au choix de chacun, et crois bien que j'ai beaucoup de respect pour ta position personnelle.

  • blork
    a commenté la réponse de
    Le coût total des vaccins obligatoires jusqu'à 2 ans atteint 364,34 € selon une enquête UFC-Que choisir.
    On est donc sur un cout total de 273 millions d'euros par an pour vacciner tout le monde contre 11 maladies soit 0,14% de la consommation annuelle de soins et de biens médicaux.
    Pas sûr que ce soit la dépense qui soit la plus responsable de fermeture de lits d'hôpitaux.

    Une vaccination ROR c'est 30€ pour la totalité des injections.
    Une question que je pose souvent quand on me dit que les vaccins c'est juste pour enrichir Big Pharma :
    Est-ce que Big Pharma préfère vendre des vaccins à 30€ ou des traitements à plusieurs centaines ou milliers d'euros ?

    Je ne connais pas le prix d'un traitement médicamenteux pour prendre en charge une rougeole mais je pense qu'il y en a pour un peu plus de 30€ surtout quand ça tourne en encéphalite.
    J'ai juste trouvé une étude allemande qui parle d'un coût d'environ 500€ en moyenne juste pour la prise en charge médicale, les heures de travail perdues et autres frais indirect ne sont pas pris en compte.
    Et en 2002-2003, la rougeole aurait coûté une vingtaine de millions d'euros en coûts directs pour les services de santé nationaux italiens.

    Après sur les autres maladies, je pense la même chose, c'est quand même malheureux qu'on "accepte" des morts alors que les vaccins existent...

  • michka
    a commenté la réponse de
    Moi et mon maudit style compassé... Je disais que les médias, les politiques et les gens qui reprennent leurs arguments (la classe moyenne supérieure éduquée notamment) ont une forte tendance à prendre les autres pour des idiots. Je ne dis pas qu'ils ont forcément tort, ni même qu'ils n'ont pas raison dans la plupart des cas, mais ils refusent de se placer au même niveau que les théories auxquelles ils répondent. Ils se placent au niveau du détenteur de la Vérité qui assène son jugement définitif. Voir les équipes de "fact-checkers" de tous ces médias. Ils ne participent pas à un débat, ils livrent un jugement. Et ça c'est dans le meilleur des cas. Par exemple celui qui dit que les vaccins sont dangereux est ravalé au rang flat-earthiste et tutti quanti. Leur argument consiste à disqualifier les sources (rien que récemment: celui qui regarde le documentaire Hold Up est forcément un facho antisémite - qu'est censé penser celui qui n'est pas un facho antisémique?).

    Qui plus est, je considère qu'ils se disent que "la fin justifie les moyens". Je peux citer deux exemples: l'étude de Seralini sur la dangerosité des OGM et le lien entre les incendies d'Australie et le réchauffement climatique. Dans les deux cas, j'ai entendu une personne admettre que l'argument était mauvais, mais insister en disant que c'est utile parce que ça marque l'esprit des gens et permet de faire passer des idées qu'ils considèrent comme justes.

    Mais pour moi c'est dangereux parce que tout cela sape la confiance des gens qui ne sont pas a priori d'accord avec eux. Quand ces gens-là ressentent qu'on les méprise et quand ils réalisent qu'on leur ment (ils n'ont pas de thèse mais ils ne sont pas forcément idiots), ils ne risquent pas d'avoir beaucoup confiance dans ce qu'on leur dit. Je pense que le proverbe "chat échaudé craint l'eau froide" s'applique parfaitement.

  • michka
    a commenté la réponse de
    @blork

    Tu peux penser que le risque est trop élevé avec 10 décès en 8 ans; c'est ton droit. Je ne pense pas qu'on puisse non plus jeter la pierre à celui qui pourrait penser qu'il y a d'autres urgences sanitaires. Il y a des vaccins non-obligatoires qui pourraient prévenir plus de décès (tuberculose, d'autres méningites).

    Sauf qu'on est obligé de s'arrêter quelque part et que, comme je le disais, arriver à 0 mort est une utopie, d'autant que comme je le disais aussi pour la rougeole on n'arrivera jamais à l'arrêter complétement. On peut penser en effet que vacciner plus de monde devrait sauver des vies, comme on pensait que confinement les gens devait ralentir l'épidémie de Covid-19. Effectivement c'est instinctif de penser et d'ailleurs c'est sans doute vrai. Mais à mon avis les relations entres les facteurs impliqués sont trop souvent exponentielles, et les actions prises sont nécessairement "leaky" (imparfaites) et il est bien possible dans les deux cas que l'effet soit négligeable.

    On verra si la vaccination obligatoire réduira la mortalité de toutes les maladies concernées. Pour la rougeole je ne suis pas sûr vu que les patients sont généralement non vaccinables (et de toute façon malheureusement exposés à toutes sortes de maladies). Je ne l'ai peut-être pas dit mais sur le fond je suis entièrement d'accord avec le concept de faire tout ce que l'on peut pour sauver des vies, mais il faut voir aussi que les moyens investis d'un côté ne le seront pas de l'autre. Les enfants vaccinés contre la rougeole, c'est peut-être des lits d'hôpitaux en moins et des centaines de personnes traitées quelques heures plus tard. Je suis mal placé pour apporter une réponse mais je pense qu'on peut poser la question sans forcément être accusé d'envoyer à la mort des enfants immuno-déprimés (c'est pas contre toi, c'est la chose contre laquelle je râlais au départ).

    Mais je précise bien que quand la pédiatre nous a proposé les 11 vaccins alors qu'ils n'étaient pas obligatoires, on ne s'est même pas posé la question (surtout que ma femme est russe...).

  • blork
    a commenté la réponse de
    Même si je pense que tu exagères sur la couverture médiatique de l'époque parce que moi je me souviens d'avoir lu ces chiffres franco-français dans les médias lors des discussions sur la loi de fin 2017, j'ai vraiment du mal avec cette réaction qui consiste à dire que les chiffres sont bas.
    C'est un peu comme avec le coronavirus et le fait que très peu de jeunes personnes meurent, que souvent elles ont des comorbidités (qui ne se résument pas à l'obésité), etc.

    Quand y a des solutions assez simples à mettre en oeuvre comme porter un masque ou se faire vacciner, pour moi un décès c'est un décès de trop.
    Et quand 7 personnes qui n'ont rien demandé, et qui auraient peut-être bien aimé se faire vacciner contre cette maladie, meurent de la rougeole à cause d'une couverture vaccinale française médiocre parce que "je suis pas un mouton, je ne crois pas les merdias mainstream, les vaccins ça cause l'autisme et la sclérose en plaque, les preuves sont partout il suffit de les chercher" ça me met un peu en colère intérieurement.

    Maintenant effectivement la rougeole parvient à circuler au sein de la population vaccinée.
    Cela dit quand tu es vacciné (en ayant reçu les deux doses préconisées) les risques de choper le virus sont très faibles, donc le virus circule moins, donc il y moins de chance qu'il atteigne une personne non-vaccinée.

    Et ensuite comme dans tous les domaines, il y a toujours une pyramide des risques.
    Pour la rougeole, dans 1 cas sur 1000, le virus provoque une encéphalite.
    30% de ces encéphalites sont mortelles et les survivants ont presque tous des séquelles neurologiques à vie.
    Si tu prends un rythme de 750 000 naissances annuelles en France et que tu laisses tout le monde la choper en ne vaccinant pas, cela veut dire 750 encéphalites et 225 décès par an en moyenne.
    Et lorsque la rougeole frappe très jeune, elle peut provoquer une panencéphalite sclérosante subaigüe en moyenne 7 ans après l'épisode de rougeole avec une fréquence de 2 à 16 pour 10 000. Cette panencéphalite est mortelle à 100%.
    Du coup tu rajoutes quelques centaines de décès.

    On peut se dire que c'est faible. Moi je trouve que c'est trop quand la solution existe pour s'en prémunir.

  • Ron Svenson
    a commenté la réponse de
    michka Je ne sais pas si c'est moi mais je ne comprends pas le sens de ton commentaire. Je l'ai relu à 3 reprises et je ne suis pas sûr de saisir ton argument.

  • michka
    a commenté la réponse de
    En fait c'est extrêmement problématique ce manque de confiance dans les autorités sanitaires. Et je pense sincèrement que les premiers responsables sont ceux qui s'en plaignent qui, par le mépris qu'ils affichent et par les libertés qu'ils prennent avec la réalité (en se disant que "la fin justifie les moyens") sapent leur propre crédibilité sans vraiment s'en rendre compte parce qu'ils évoluent dans des cercles où ils ne reçoivent que le retour de gens qui pensent comme eux et qui, forcément, sont ravis.
Chargement...
X